Apprendre et pratiquer le mentalisme grâce au blog

Bonjour chers internautes !

On me demande très (trop) souvent : “comment pratiquer le mentalisme ?”, car certains de mes lecteurs (oui, vous !) ont du mal à percevoir la manière d’apprendre et de pratiquer ces techniques, ou quand les mettre en œuvre, ou encore,  comment s’entrainer ; et je ne peux pas leur en vouloir, c’est un moindre mal.

Cela me renvoie surtout à mes propres erreurs, puisqu’apparemment, malgré mes précisions et explications d’exercices et d’entraînements sur chaque discipline, je ne suis pas assez clair, et je n’ai pas suffisamment développé ces points sur un plan d’apprentissage plus global.

Chose faite, grâce à cette page ayant pour but de vous expliquer la meilleure façon de pratiquer de manière globale la discipline du mentalisme !

fd

Les 5 commandements du mentaliste !

1. Pratiquer chaque jour tu devras.

Le mentaliste en herbe ne peut se permettre de laisser passer la moindre occasion de s’exercer ; l’avantage que nous avons avec cette discipline est que chaque situation de la vie courante est un terrain d’entraînement. Chaque discussion, relation, et situation doit pouvoir permettre au mentaliste en herbe d’exercer ce qu’il a appris dans la journée, dans la semaine, etc.

fd

2. Une discipline après l’autre tu apprendras.

Le mentaliste doit savoir être patient, et doit comprendre l’importance d’appréhender chaque discipline comme un apprentissage à part entière. C’est pour cela que le blog est construit par chapitre, afin que chaque lecteur puisse apprendre, dans l’ordre que j’estime le plus judicieux, la pratique du mentalisme. Le jeune mentaliste ne peut, en effet, aller d’un article à un autre dans des chapitres différents, en espérant comprendre le sens de chaque discipline ! Il est essentiel de suivre chaque article de chaque chapitre, dans l’ordre, pour comprendre le but de chaque discipline. Ainsi, les objectifs d’apprentissage seront plus simples à fixer.

fd

3. Des objectifs d’apprentissage tu te fixeras.

Pour chaque discipline, il est essentiel de se fixer un but, un objectif permettant au mentaliste de tester ces connaissances, et sa pratique. Ainsi, pour la manipulation, par exemple, l’objectif serait réussir à convaincre quelqu’un en exerçant telle ou telle technique.

fd

4. Avoir du recul tu devras.

Le recul est essentiel pour tout mentaliste qui souhaite pratiquer la discipline au mieux. Cette objectivité lui permettra de limiter sa marge d’erreur, notamment en Cold reading et en Communication non-verbale. Pour cela, rien de plus simple : le mentaliste amateur ne devra pas prendre pour acquis tout ce qu’il a appris ; rien n’est à prendre au pied de la lettre ; tout est à modérer. Le mentalisme est une discipline encore peu sûre, car elle regroupe essentiellement des sciences humaines, autrement dit des “sciences molles”. Comme toute science humaine, les données d’analyse du mentalisme fluctuent en fonction des individus, des situations, de notre vision de ces données, etc.

Quand le mentaliste verra un signe de mensonge dans la gestuelle de son interlocuteur, par exemple, il cherchera automatiquement un à deux signes confirmatifs et une posture globale confirmative afin de s’assurer qu’il ne se trompe pas ! Car accuser quelqu’un de mentir, à tord, n’est pas dans ses objectifs.

fd

5. D’autres ouvrages tu liras.

Ceci est un point essentiel. Le blog Apprendre le mentalisme.com ne saurait faire une synthèse exhaustive des connaissances actuelles sur chacune des disciplines pratiquées en mentalisme ! Il tente de regrouper l’essentiel des disciplines, dans les limites des connaissances de l’auteur, et ne pourrait, en aucun cas, suffire à l’apprentissage en profondeur du mentalisme. Vient alors l’utilité de la page “Références et sources” dans laquelle il est communiqué aux lecteurs mentalistes en herbe toutes les sources utilisées pour la construction des articles, et les meilleures œuvres (selon les lectures personnelles de l’auteur) utiles pour élargir et développer ses connaissances sur le sujet. Il ne faut donc pas lésiner sur les lectures externes au blog !

fd

Parlons maintenant de la manière de pratiquer chaque discipline ! Je vous explique dans cette page les différents critères pour pratiquer convenablement la manipulation mentale et la communication non-verbale (la “psychologie générale et l’esprit” ainsi que le Cold reading, ne demandant pas réellement de méthode pratique, mais plutôt un simple apprentissage des notions ; les techniques de l’Hypnose, quant à elle, sont entièrement expliquées en détail dans les articles du chapitre correspondant).

fd

Pratiquer la manipulation mentale

Je ne pense pas avoir besoin de le rappeler, puisque je l’ai suffisamment dit et re-dit, mais je ne souhaite en aucun cas que les articles que j’ai rédigé traitant de la manipulation mentale soient utilisés à des fins malhonnêtes et/ou pour nuire à autrui ! Je me refuse de croire qu’il faille, ou que l’on puisse pratiquer le mentalisme en tout impunité sans considération aucune d’une once de morale ! J’ai, très récemment, répondu à un commentaire sur la page Facebook du site, qui était de cette teneur :

“Bonjour. 

Ici vous m’apprendrez rien d’utile sur le mentalisme. Si ce sujet vous intéresse vraiment, rejoignez la page “****” . Tout vous est expliqué clairement, sans fioritures. Ici on n’aura de cesse de vous rabâcher les oreilles avec de stupides question de bien ou de mal. Pour plus d’infos, n’hésitez pas a m’envoyer une demande d’amis. 
Bonne journée.”

Au delà du soin apporté à plume, l’auteur de ce commentaire ne m’exaspère pas tant de part la teneur du propos, il pense bien ce qu’il souhaite, mais la page Facebook vers laquelle il renvoyait et dont il était administrateur voulait enseigner les façons de nuire à autrui pour parvenir à ses fins ! Face à de tels propos, je lui ai répondu sèchement. Tout cela pour dire que je considère important que chacun des lecteurs de blogs parlant de mentalisme restent sur ses gardes.

fds

Ceci dit, passons aux réjouissances !

La manipulation mentale demande peu de pratique des techniques en elles-mêmes, mais plutôt une compréhension de quand et comment les utiliser. Il faut donc bien connaitre les techniques afin de les appliquer.

 

Comment apprendre ?

Les techniques qui vous intéressent doivent être connues par cœur, cela va sans dire pour toutes les disciplines du mentalisme. Pour cela, il vous suffit de retenir le principe, pas besoin de pratiquer pour savoir ce qu’est le “pied dans la porte” ou “l’influence du toucher”. Une fois l’article lu et digéré, vous devez le savoir.

 

Comment pratiquer ?

Je vous conseille d’exercer une à deux nouvelles techniques par semaine, pas plus. Dès que vous le pouvez, exercer une technique dans votre “vie de tout les jours”. Il existe de nombreuses situations qui s’y prêtent, croyez-moi.
Allez donc faire une tour dans les excellentes pages du très explicatif ouvrage de Félix Boussa, que vous trouverez dans la page “Références et sources”. S’il y a un livre que vous devez avoir en manipulation mentale, c’est celui-ci ! Il regroupe une soixantaine d’exercices pratiques tous mieux les uns que les autres, une merveille pour vous !

L’important dans cette pratique est votre aisance à pratiquer, c’est-à-dire la facilité avec laquelle vous pouvez appliquer telle technique à telle situation, et ça… je ne peux pas vous l’enseigner !

fd

Pratiquer la communication non-verbale

Comment apprendre ?

Apprenez par cœur ! Il n’y a que ça de vrai ! 😉
Mais pour que ce soit plus simple, comparez chaque jour vos propres gestes avec ce que vous avez appris ; observez-vous ! Vous devez apprendre à avoir conscience de votre corps, de vos gestes et de vos postures. C’est important, je ne le dirai jamais assez : vous DEVEZ d’abord observer vos gestes si vous voulez pouvoir comprendre ceux des autres.
Cette habitude revête, en plus de faciliter votre apprentissage, les avantages de :

  • vous permettre de trouver et d’interpréter des gestes et des postures que vous n’aurez pas trouvées dans les livres, mais sur vous, et d’appliquer leur signification, avec beaucoup de recul, sur vos interlocuteurs. Par ailleurs, si vous avez un doute sur la signification d’une gestuelle d’un de vos interlocuteurs, pourquoi ne pas la reproduire et vous demander dans quel état d’esprit vous feriez ce geste ?
  • vous permettre de contrôler plus facilement vos positions et votre gestuelle ! Et cela est très utile dans de nombreuses situations (professionnelles, intimes, amicales, etc). 

Comment pratiquer ?

Vous le savez surement, la marge d’erreur de l’étude de la psycho-gestuelle est grande si l’on n’est pas au courant des règles principales. Ces dernières réduisent considérablement le taux d’échec de votre analyse. Les voici :

  • Première règle : Décoder les postures globales

L’une des erreurs les plus fréquentes consiste à interpréter un geste sans tenir compte ni de la posture globale, ni des autres signaux. Par exemple, si quelqu’un se gratte la tête, la palette des significations possibles est énorme : transpiration, incertitude, pellicules, poux, problème de mémoire, ou encore mensonge. Tout dépend alors des autres signes émis.

Pour éviter de vous tromper, n’observez une posture partielle, un geste, qu’après avoir considéré la posture globale.

  • Deuxième règle : Chercher la cohérence

Les recherches montrent que les signaux corporels véhiculent cinq fois plus de sens que le langage parlé, et que, lorsque les deux ne s’accordent pas, l’interlocuteur (et surtout l’interlocutrice) fonde son jugement sur la gestuelle plus que sur le discours.

Que diriez-vous d’un politicien qui assure à son public qu’il est ouvert et réceptif, tout en croisant les bras (attitude défensive) et en baissant la tête (cou caché, attitude hostile et critique) ? Ou de celui qui prétend être chaleureux en martelant son pupitre à grands coups de poing ?

L’observation des gestes associés et de la cohérence entre paroles et postures constituent deux clés essentielles de l’interprétation du langage corporel.

  • Troisième règle : Lire les gestes dans leur contexte

L’observation des signaux corporels doit également tenir compte de la situation dans laquelle ils apparaissent. Si vous trouvez par un froid matin d’hiver un homme qui attend son bus les jambes et bras croisés, la tête rentrée dans les épaules, cela ne signifie pas qu’il est sur la défensive, mais tout simplement qu’il « se les pèle » (vous me passerez l’expression). En revanche, la même posture apparaît sur votre interlocuteur alors que vous essayer de lui vendre un produit ou une idée, il y a de fortes chances pour qu’il rejette votre proposition.

fd

Mais parlons plutôt d’empathie !
L’une des qualités du mentaliste est l’empathie, c’est-à-dire la capacité à comprendre les sentiments d’autrui. Comment pouvez-vous déceler les sentiments de vos interlocuteurs si vous n’êtes pas capable de comprendre et de reconnaitre ce qu’ils ressentent ? Apprenez alors à booster votre empathie, en consacrant quelques minutes par jour à l’application que je vous conseille en complément de la méthode énoncée ci-dessus.

Le but est simple : concrétiser votre observation en décrivant mentalement la signification de ce que vous observez.

Application : asseyez-vous un moment pour observer une discussion entre plusieurs personnes (cela peut-être au travail, pendant une soirée, à la terrasse d’un café, chez vous, etc.), puis décrivez-vous (mentalement) les gestes que font ces personnes et leur signification.

Exemple : Vous regardez deux amis à vous (un homme, une femme) discuter :

  • Lui, est assis les jambes et bras décroisés (=>pas de mécanisme de défense, ouverture)
  • Elle, discute en le regardant de l’œil gauche (=> attitude décontractée)
  • Elle croise les bras (=> vous anticipez : il a dit quelque chose qui la contrarie)
  • Elle réplique en faisant des gestes plus amples (elle veut se faire entendre et risque de s’énerver)
  • Lui se redresse, et penche la tête vers l’avant (=> il se ferme à la discussion)
  • Ainsi de suite…

Bref, Vous avez compris le truc. C’est le meilleur moyen de comprendre ce que ressentent les gens, car, même s’il n’est pas très empathique de nature, le mentaliste en herbe peut avoir quelques secondes d’avance sur les autres et leurs réactions. 

fd

Je termine ici (pour l’instant) cette page, mais je la compléterai probablement par de nouvelles précisions (n’hésitez pas à me dire si vous souhaitez d’autres informations qui vous seraient utiles, cela m’aidera à étoffer cette page).
Je précise par la même occasion que chaque chapitre sera complété une fois tous terminés, et que je mettrai une attention particulière à étoffer le Chapitre 3 sur le Cold reading !

Bonne visite du blog !
Hugo

26 réflexions au sujet de « Apprendre et pratiquer le mentalisme grâce au blog »

  1. Très bon partage Hugo.
    Avec de l’entrainement et de la persévérance il est possible de maîtriser cet art fascinant. Mais connaître le secret des tours ne fera pas de nous instantanément un mentaliste, même si nous en donnerez rapidement l’illusion. Il faut développer les qualités psychologiques, dont par exemple la persuasion, qui est clé pour obtenir une performance réussie.

  2. Max dit :

    Bonjour Hugo,
    Je ne peux pas encore te dire que le mentalisme est ma priorité et que j’ai prévu d’en faire une vocation en revanche ça a le mérite d’éveiller ma curiosité et c’est un très bon départ.
    Je trouve cette science intéressante et j’ai envie d’apprendre, par où je peux et dois commencer ? Quelles sont mes prochaines étapes à suivre ?

    1. Bonjour Max !

      J’espère que tu trouveras un réel intérêt dans cette discipline ! 🙂
      Je t’invite à consulter la page “Par où commencer ?” que tu trouveras dans le menu en haut du site. Pour le reste, il ne te suffit qu’à suivre les articles dans l’ordre, t’exercer et laisser couler ! Je te conseille tout de même de te procurer quelques uns des ouvrages que je recommande dans la page “Références et sources” afin de compléter ton instruction.

      A très vite
      Hugo

      1. Max dit :

        Super, merci Hugo, je vais me pencher sur tout ça et je te tiendrai au courant Je devrais avoir de quoi m’occuper les prochains temps.

  3. Marion dit :

    Bonjour Hugo

    Je viens tout juste de découvrir ton blogue, et je le trouve particulièrement intéressant. J’aurais quelques questions à te poser au sujet de ton parcours si ça ne t’embête pas 🙂

    Tout d’abord, est ce que le fait de devenir mentaliste a eu une influence sur ton rapport aux autres ? Je m’explique, une amie psychologue m’a expliquée que désormais elle se sentait “obligée” d’analyser chaque personne qu’elle rencontrait. Est ce que tu ressens quelque chose de similaire ? Est ce que ça ne t’empêche pas de vivre “normalement” tes rapports avec les autres, et d’avoir des relations simples, sans chercher à comprendre et interpréter les gestes et les paroles de l’autre ?

    J’aimerais également savoir si tu penses que cela a eu une influence sur ta personnalité, si ça ne t’empêche pas d’être 100% naturel avec les gens qui t’entourent ?

    Une dernière et j’arrête : est ce qu’il t’arrive d’entrer dans la manipulations de manière involontaire, avec tes proches par exemple ?
    Parce que je suis partie de l’idée que si j’apprenais l’art de la manipulation, j’éviterais de l’utiliser avec les gens de ma famille par exemple, mais est ce que c’est seulement possible ?

    Merci pour tes conseils !

    Marion

    1. Bonjour Marion !

      Tes questions sont très pertinentes et je vais y répondre dans l’ordre.

      Tout d’abord, oui, le mentalisme —son apprentissage, sa mise en pratique et même son enseignement (que je pratique à travers ce blog)— ont changé beaucoup de choses chez moi. Aussi bien ma manière d’aborder les relations, de les construire, de les vivre, que ma communication ou encore ma personnalité. Je repère automatiquement les signes, informations et détails qui me permettraient de procéder à une analyse, que ce soit une analyse de l’état mental ou une “analyse profil” (ce sont les deux familles d’analyses possibles en mentalisme, la première correspondrait à une simple “lecture” de la pensée présente, la seconde permet de dresser les profils de la personne analysée). Cela ne veut pas dire pour autant que je les exécute automatiquement : si l’analyse de l’état mentale me parvient automatiquement (mais pas complètement car il faut réfléchir pour approfondir l’analyse), l’analyse profil nécessite une réelle réflexion que je suis tout à fait capable d’ignorer. Je ne suis pas toujours en train d’analyser les gens donc, en tout cas pas à tous les niveaux.
      Cela affecte bien entendu mes relations, elles deviennent plus complexes à cause de mon analyse, tout comme une équation se complique si on lui rajoute des données. Mais si elles sont plus complexes, elles en sont davantage intéressantes et m’apprennent chaque jour à mieux les gérer.
      Il est néanmoins évident que mes relations sont moins simples et que selon mon interlocuteur, cette complexité est plus ou moins appréciée.

      Je ne pourrai répondre avec certitude à ta deuxième question ; depuis 8 ans que je pratique cette discipline j’ai changé, c’est indéniable. Et c’est en grande partie cette discipline qui m’a fait évoluer. Néanmoins, je n’ai pas l’impression d’être faux, ou de dissimuler plus de choses ; au contraire, je pense que le mentalisme m’a permis de m’ouvrir d’avantage, et d’apparaitre plus vrai devant mes proches et les gens que je côtoie car j’ai pris mesure de l’importance des relations humaines.

      Pour répondre à ta dernière question, je ne manipule que très rarement volontairement, mais je ne manipule jamais inconsciemment vu que je connais les ficelles de la manipulation mentale. En réalité, je me surprends à utiliser ou à vouloir utiliser une méthode de communication que tout mentaliste qui se respecte identifie comme de la manipulation (et dans laquelle tout profane ne pourrait voir qu’une simple communication axée sur la persuasion). Si nous, mentalistes, sommes capables de reconnaitre lorsque nous utilisons de la manipulation, cela ne ne signifie pas que nous l’utilisons plus, et au delà de ça encore, cela pose la question de savoir si, de fait, il est plus éthique de se freiner ou de continuer à manipuler, car après tout, une personne lambda l’aurait fait faute de savoir qu’elle manipulait.
      Ma réponse est que manipuler comme tout à chacun manipule (et pas au-delà) n’est pas néfaste : ce n’est que de la persuasion utilisée à des fins inoffensives. Ainsi, si l’on se surprend à faire cela, il n’est pas de notre devoir de se brimer mais plutôt de prendre conscience de la portée de ce genre de techniques et d’en mesurer les conséquences afin de les utiliser à meilleur escient.
      Tu l’as compris, il te sera tout de même possible de t’empêcher d’utiliser cette manipulation sur tes proches si tu le souhaites.

      Je te laisserai réfléchir tout de même sur cette idée : toute communication est une forme de manipulation. 🙂

      A bientôt
      Hugo

  4. abimbola toibou dit :

    salut moi c’est prince j’aimerais tant apprendre le mentaliste mais jai aucun moyen d’apprentissage et sa decourage beaucoup j’ai pas de libres qui parle du mentaliste. je sais si c’est parceque je suis en cote d’ivoire qui fait que je n’arrive pas a m’exerçé svp aidez moi voici mon mail pour tout ceux qui peux m’aider abimbolatoibou@gmail.com

    1. Bonjour Prince !

      Oh tu me poses ici une colle ! Car ma maitrise du mentalisme s’applique essentiellement à la culture occidentale et il est tout à fait possible que les subtilités de la culture ivoirienne (même si beaucoup de pays africains tendent à s’occidentaliser) ne permettent pas l’application “simple” des techniques que j’enseigne ici. Mais c’est aussi ça la beauté de la différence, et c’est à toi de parvenir à adapter mes techniques et conseils aux méthodes de communication utilisées chez toi. 🙂

      Si néanmoins tu rencontres des difficultés précises, n’hésites pas à m’en parler par mail !

      A très vite
      Hugo

  5. katherine lauzon dit :

    c’est surprenant, car j’ai appris par moi même de nombreux truck. Grâce à votre article je devrais être infaillible, ou presque. 🙂 Je voudrais aussi savoir, comment briser la manipulation négative que quelqu’un exerce sur nous?

    1. Hello Katherine !

      Le plus simple reste encore de fuir cette personne ; sortez-la de votre vie ! Car la réponse à votre question dépend du manipulateur et du type d’influence qu’il exerce sur vous.
      Je vous invite à regarder ce documentaire qui vous éclairera peut-être au sujet des personnes manipulatrices (postée sur le compte YT d’un utilisateur dont le pseudo est Patrick Jane ! Amusante coïncidence 😉 ).

      Bonne journée.
      Hugo

  6. Adrian dit :

    Bonjour,

    J’ai toujours était très sceptique sur le sujet, malgré le fort intérêt que je peux lui donner!
    J’ai aujourd’hui 26 ans et pense avoir besoin d’hypnose personnelle afin de me mettre un coup de pied au fesses (à tout niveau) je suis de ce que l’on pourrait appeler “procrastinateur”..

    Cela ne m’a jamais posé de problème mais aujourd’hui je souhaiterais être plus impliqué dans tout mes projets, artistiques, professionnel et éventuellement apprendre l’hypnose.

    Je suis assez réservé avec des personnes étrangères et sceptique sur le sujet, suis je apte à l’apprentissage de l’hypnose?

    Il me faudrait être guidé j’imagine voila pourquoi je viens vous poser tant de questions.

    Merci d’avance.

    1. Mince Adrian ! Moi qui ne voyait qu’une seule question alors que tu me dis que tu en as posées plusieurs 😉

      Le scepticisme face à l’hypnose est plutôt une réaction normale, rassure-toi. Je t’invite néanmoins à lire le chapitre concernant ce sujet en entier (notamment les articles théoriques) afin de saisir correctement le sujet, et qui sait, peut-être de te permettre d’être moins sceptique ! 🙂

      Suite à cela, je ne vois rien qui t’indisposerait à l’apprentissage de l’hypnose, donc fonce !

      A bientôt
      Hugo

  7. Florentin dit :

    Hugo bonjour je suis un débutent dans l’art mentaliste, tu pourrait donner d’autre astuce comme ceux là ?
    *Lui, est assis les jambes et bras décroisés (=>pas de mécanisme de défense, ouverture)
    *Elle, discute en le regardant de l’œil gauche (=> attitude décontractée)
    *Elle croise les bras (=> vous anticipez : il a dit quelque chose qui la contrarie)
    *Elle réplique en faisant des gestes plus amples (elle veut se faire entendre et risque de s’énerver)
    *Lui se redresse, et penche la tête vers l’avant (=> il se ferme à la discussion)
    Ainsi de suite
    Florentin

    1. Hello Florentin !

      Tu trouveras de nombreuses interprétations de gestuelle contenues dans mes articles sur la communication non-verbale, assorties d’exemples un peu comme celui-ci.

      A bientôt
      Hugo

  8. Jade dit :

    Bonjour, je voudrais savoir le nom du site pour pouvoir acheter le livre numérique à 15 € sur le mentalisme s’ils vous plaît ( vous en avez parlé dans votre article) merci d’avance .

  9. apprendre , apprendre le mentalisme,et sincerement j’arrive pas par ou commencer,on direz que je suis devant une personne et j’arrive pas a deceler la verité du mensonge

    1. Si j’ai un conseil à te donner Dellal, c’est bien d’apprendre par étape. Attends de maîtriser un chapitre pour passer à un autre. Apprends-les dans le désordre si tu préfères, commence par celui avec lequel tu te débrouilles le mieux.

      Bon courage !
      Hugo

  10. William Tchamo dit :

    Je vais dans le même sens que l’auteur pour dire que le manque de morale à l’utilisation de ces techniques entraînerait certainement des effets dont nous pourrions êtres nous mêmes victimes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *