Homme et femme : découvrez leurs différences psychologiques (Partie II)

fd

NE MANQUEZ PAS DE VOUS INSCRIRE À MA NOUVELLE FORMATION À L’HYPNOSE CLASSIQUE !!! POUR EN SAVOIR PLUS, SUIVEZ CE LIEN !

fd

AVANT PROPOS : LA POSITION DE L’AUTEUR

Chères toutes et chers tous, voici le deuxième post d’une série d’articles dont l’objet est d’étudier les différences de comportement entre l’homme et la femme. Le but ici n’est pas de prendre partie en faveur de l’un ou l’autre sexe, ni d’affirmer la supériorité d’un sexe sur l’autre, et encore moins de nier la nécessaire égalité en droit de l’homme et de la femme. Mon projet est de vous exposer ici les différentes recherches, leur contenu et leur conclusion qui établissent des différences factuelles entre l’homme et la femme. Je défends l’égalité de salaire des hommes et femmes à poste égal, le droit pour une femme de pouvoir parler de son projet d’avoir des enfants en entreprise sans que cela n’affecte la stabilité de son poste au sein de celle-ci, le droit pour les pères de prendre des congés paternité égaux à ceux des femmes, ainsi que la reconnaissance et l’éradication de toute forme de discrimination sexiste au sein des sociétés humaines.

Je chercherai ici à vous montrer que la femme et l’homme sont, de fait et naturellement, différents de par leur construction physiologique (tant cérébrale, que physique, ou qu’hormonale ; et vous verrez que ces trois éléments sont indissociables). Continuons ainsi  cette série d’article en nous penchant sur le deuxième point.

fd

Une physiologie fondamentalement différente

Nous l’avons vu précédemment : femmes et hommes ont un fonctionnement cérébral différent. Ces dissimilitudes ont une origine physiologique, tant au niveau cérébral qu’aux autres niveaux du corps humains. En effet, au delà de la présence d’organes génitaux différents chez l’homme et la femme, ou de protubérances mammaires existantes chez l’une mais pas chez l’autre, des disparités physiologiques existent entre les deux sexes à une échelle bien moins évidente, et sont ainsi à l’origine d’importantes caractéristiques propres à la femme en ce qu’elle est femme ou à l’homme en ce qu’il est homme. (Trop nombreuses pour être intégralement étudiées ici, nous en verrons quelques unes seulement, que j’ai tâché de sélectionner avec soin celles qui pouvaient vous parler).

Ainsi, l’essentiel de ces caractéristiques physiologiques sont situés, vous vous en doutez, dans le cerveau humain.

fd

Une connexion cérébrale différente

Le cerveau comporte deux hémisphères : un gauche et un droit. Ces hémisphères sont connectés entre eux par un faisceau de fibres nerveuses répondant au doux nom de “corps calleux“. Celui-ci permet à chaque hémisphère de communiquer avec son voisin et d’échanger les informations. Mais voilà, le neurologue Roger GORSKI, chercheur à l’Université de Californie à Los Angeles, a établit que le cerveau féminin disposait un corps calleux plus épais que celui de son homologue masculin, pouvant aller jusqu’à 30% de connexions supplémentaires reliant les deux hémisphères.

Quelle est l’origine de cette différence ? La recherche semble considérer que c’est l’œstrogène, une hormone femelle, qui incite les cellules nerveuses à créer plus de connexions dans le cerveau, et plus particulièrement entre l’hémisphère gauche et l’hémisphère droit.
Quelles sont les conséquences sur les capacités homme/femme ? me demanderez-vous. Eh bien, il s’avère qu’un plus grand nombre de connexions cérébrales favorisent par exemple l’élocution, donc a priori meilleure chez la femme. Cela explique également la capacité des dames à s’atteler à plusieurs tâches simultanément et vient largement faire résonner la notion d’intuition féminine !

Je suis certain en effet que tous les lecteurs hommes en couple ou l’ayant déjà été s’identifieront à l’exemple suivant : Clément et Justine sont arrivés à une soirée donnée par leur meilleure amie à l’occasion de son anniversaire. Nombreux convives étaient déjà sur place et la soirée battait déjà son plein lorsqu’au bout de cinq minutes, Justine regarda Clément et lui dit : “Regarde discrètement Franck et Lucie, là-bas, sur le divan. Ça n’a vraiment pas l’air d’aller entre eux…” Aussitôt, Clément tourna la tête en direction du couple. “Ne les regarde pas comme ça ! s’effara-t-elle. Ce que tu peux manquer de discrétion !” Si Justine n’arrivait pas à comprendre pourquoi Clément avait dû faire preuve d’autant de lourdeur, ce dernier n’avait pas saisi comment Justine avait pu observer si rapidement cette scène, sans même tourner la tête, ni comment elle comprenait la situation de ce couple d’amis.

Ainsi, si pour la majorité des hommes, il est nécessaire d’observer des éléments concrets et évidents pour comprendre une situation relationnelle humaine, ou encore l’état émotionnelle d’une autre personne, la majorité des femmes n’ont aucun mal à sentir la peine chez une autre personne, ou les difficultés qu’éprouve un couple d’amis, même dissimulées. Cela parce que comme la plupart des mammifères femelles, les femmes sont dotées de capacités sensorielles bien plus perfectionnées que celles des hommes. Si l’on remonte à l’ère primitive des humains, les femmes étaient les gardiennes de la caverne, et devaient avoir la capacité de sentir les variations des éléments qui les entouraient, y compris les changements subtils d’attitude ou d’humeur des autres, dans le but de protéger leur nid et leur progéniture (les mâles, quant à eux, essentiellement à la chasse, ne restaient pas suffisamment longtemps dans la caverne pour apprendre à lire le langage non-verbal et maitriser la communication interpersonnelle. C’est cela que l’on appelle communément “l’intuition féminine”, et cette plus grande capacité sensorielle est due à une physiologie variant de la femme à l’homme ; physiologie cérébrale, nous venons de le voir, mais pas seulement : il est possible d’observer des différences sur d’autres éléments du corps.

fd

L’exemple de l’œil

La rétine, située dans le fond du globe oculaire, ne contient pas moins de cent trente sept millions de photorécepteurs : environ cent trente sept millions de cellules en forme de bâtonnets qui perçoivent le noir et le blanc, et sept millions de cellules en forme de cônes qui perçoivent les couleurs. Or, c’est le chromosome X qui fournit ces cônes. Les femmes, contrairement à l’homme, possèdent deux chromosomes X, leur conférant donc une plus grande variété de cônes que leurs homologues masculins, et cette différence est remarquable dans la manière dont les femmes sont capables de percevoir et décrire les nuances de couleurs avec pléthores de détails.

fd

fd

Il existe ainsi non seulement une différence du nombre de cônes dans la rétine mais aussi une différence de champ de vision : si les femmes ont, en général, une bien meilleure vision périphérique que les hommes, avec un angle de 45° de vision claire de chaque côté de la tête ainsi qu’au dessus et en dessous du nez, les yeux des hommes sont plus grands que ceux des femmes et leur confère un excellente vision “en tunnel” leur permettant de voir bien plus loin que les femmes, mais ne leur confère qu’une vision périphérique réduite. En effet, en tant que chasseur, l’homme devait absolument être pourvu d’une excellente vision lointaine pour repérer et suivre les cibles au loin ; tandis que les femmes devaient avoir une vision leur permettant de contrôler leur milieu de vie et repérer toute menace qui serait venu perturber la tranquillité du nid. C’est pour cela qu’aujourd’hui, un homme peut facilement trouver son chemin dans des ruelles sinueuses, mais est incapable de voir la motte de beurre quand il la cherche dans le frigo !

J’ai ici tenté de vous exposer un aperçu des différences physiologiques entre les hommes et les femmes et de leurs conséquences sur le comportement. Mais qu’en est-il sur le plan hormonal ? Nous verrons ainsi dans un dernier article la façon dont la distribution hormonale durant notre conception dans le ventre de notre mère conditionne notre comportement sexué.
En attendant, n’hésitez pas à réagir à ces articles !!! 

A bientôt
Hugo

fd

NE MANQUEZ PAS DE VOUS INSCRIRE À MA NOUVELLE FORMATION À L’HYPNOSE CLASSIQUE !!! POUR EN SAVOIR PLUS, SUIVEZ CE LIEN !
Homme et femme : découvrez leurs différences psychologiques (Partie II)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *