[Théorie] Les détracteurs de l’hypnose ont la parole (L’Hypnose classique, qu’en sait-on ? 1/2)

Crédits : Pröz Source : www.julienfaessel.com
Crédits : Pröz
Source : www.julienfaessel.com

Chers tous,

voici le premier d’article d’une série de deux billets, ayant pour objet le véritable fonctionnement de l’hypnose classique, dite “de spectacle”.
Nous voilà donc partis, dans ce premier article, pour tergiverser sur les points discutables de l’hypnose. Cet article va vous paraître étrange, impromptu, cynique peut-être, voire abscons… mais il est nécessaire, car nous avons tous besoin d’un rappel à l’ordre : ce que nous pratiquons ne fait pas l’unanimité, et il reste de nombreux points sombres à éclaircir !
Voici donc un post qui risque de vous laisser coi, car il vous engage à vous poser quelques questions. L’intérêt de commencer par discuter de la critique puis de parler de ce que l’on sait vraiment de l’hypnose de spectacle est de vous montrer la cheminement intellectuel qui m’a inspiré pour ces deux articles : c’est en connaissant la critique qu’on se renseigne pour en savoir plus et connaitre la vérité, et c’est ce que j’ai fait, à l’époque, pour comprendre l’hypnose classique et c’est ce que j’aimerai que vous fassiez.

Attention ! Cet article entre dans des considérations un peu techniques donc accrochez-vous ! 😉
(Les termes et notions en vert sont ceux sur lesquels nous reviendrons intégralement dans le prochain article)

Commençons par une modération : il n’y a pas de réelle critique de l’hypnose en elle-même, mais plutôt de ce que ces pratiquants en laissent paraître, et donc notamment de l’hypnose de spectacle. Vous n’êtes pas sans savoir, en effet, que ce sont les hypnotiseurs eux-mêmes qui véhiculent la plupart des idées préconçues et erronées concernant l’hypnose, surtout l’hypnose classique.

La première discipline scientifique à remettre ouvertement, et à juste titre, en cause les pratiques de l’hypnose de spectacle, est la Zététique (science du doute). Et c’est pour cette raison que j’ai dispensé une conférence/débat dans le cadre des questionnements sur l’hypnose et sa pratique, pour l’Observatoire Zététique de Grenoble, où s’y tenait à-peu-près le propos suivant.

 fd

Une critique de l’hypnose générale ?

Il n’y a pas de réelle critique de la notion générale de l’hypnose, mais bien une critique des idées reçues et surtout véhiculées concernant cette discipline ; Florent MARTIN (chercheur à l’Observatoire zététique de Grenoble) rage, par exemple, de l’amalgame fait par la majorité des gens concernant les différentes applications de l’hypnose, il énonce : « On m’en parle souvent en mélangeant allégrement les prétentions thérapeutiques, les concepts psychanalytiques et l’hypnose de spectacle ». Mais ici, rien de très précis : on ne vise pas directement l’hypnose. C’est, comme je l’ai dit, l’hypnose classique qui est devenue la cible favorite et légitime des zététiciens.

fd

La sévère critique de l’hypnose classique, dite « de spectacle »

La zététique est particulièrement sceptique face à certaines considérations que nous aurions sur l’hypnose, notamment celle de spectacle. En effet, certains chercheurs considèrent que l’hypnose classique n’est pas vraiment de l’hypnose mais plutôt une démonstration de manipulation mentale qui pousse les volontaires à jouer un jeu grotesque pour se faire mousser par leurs camarades. 

fd

L’OZ de Grenoble et le point de vue de ses chercheurs

Parlons de l’Observatoire zététique de Grenoble en particulier ! Les deux articles principaux (de leur site internet) concernant l’hypnose, résument a priori assez bien les critiques que l’ont pourrait faire à l’hypnose de spectacle. C’est le Dr Géraldine FABRE, professeur de psychologie à la faculté de Grenoble, qui propose alors implicitement, dans un article de mars 2007, retraçant son impression suite à un spectacle d’hypnose, de remplacer le terme hypnose par manipulation mentale, justement parce qu’elle considère que l’hypnose de spectacle n’est qu’une application de la soumission librement consentie. Elle explique : « J’y ai vu un très bel exemple de ce que Joule et Beauvois appellent la soumission librement consentie. […] Pris peu à peu dans une véritable spirale d’engagement, ils [les volontaires] consentent les yeux fermés à faire des choses de plus en plus ridicules pour amuser leurs camarades ».

Elle conclue : « L’hypnose de spectacle n’est basée que sur des techniques de manipulation conscientes incroyablement efficaces dans le contexte où elles sont utilisées. Mais même si cette forme d’hypnose ne présente rien d’extraordinaire, elle prouve tout de même qu’il n’y a pas de limite au ridicule pour peu que l’on ait une bonne excuse… »

Voilà qui est dit.

Florent MARTIN reprend l’idée de sa consœur en ajoutant, en parlant des volontaires hypnotisés :

« Il devient donc de plus en plus difficile de renier ce que vous avez déjà fait jusqu’ici en quittant la scène sous les regards interrogateurs. Ce qui reviendrait à admettre que jusqu’ici, vous avez simulé ».

 Il enchaine : « Malgré tout, il arrive parfois que des participants se sentent coincés ou mal à l’aise dans cette situation. On les voit alors se faire tout petit, ne plus trop coopérer, et finir par quitter la scène discrètement. L’hypnotiseur laissera faire et refocalisera l’attention du public sur ce qui se passe de drôle plutôt que sur le pauvre malheureux qui ne veut plus jouer. D’ailleurs, si celui-ci venait à dénoncer l’imposture, il se verrait très probablement sifflé par le public ».

 df

 Une critique justifiée ?

On se demande vraiment, à lire Florent Martin ou Géraldine Fabre, si ce qui les sidère le plus ne sont pas l’hypnotiseur et les hypnotisés, plutôt que l’hypnose.
Tandis que le premier dénonce les élèves de l’EMC (école de management) de Grenoble et leur complicité volontaire, consciente et évidente juste pour devenir, le temps d’une soirée, les sujets d’attention
, la seconde enchaine sur l’hypnotiseur en disant qu’il se trompe sans arrêt, ment et manipule.

Néanmoins cela demeure en partie vrai ! Et une grande part de sa critique repose sur cela : l’hypnotiseur conditionne le public en leur mentant, puis il les manipule pour arriver à les faire agir, et enfin fait l’amalgame entre ce qui est de l’hypnose et ce qui ne l’est pas — car beaucoup d’hypnotiseurs ne savent pas vraiment comment fonctionne l’hypnose, même les plus grands (il suffit d’écouter parler Messmer) —. Il ne fait en réalité aucune induction et appelle cela de l’hypnose, alors qu’a priori, personne n’est endormi. Puis elle reprend sur les participants : « Pris peu à peu dans une véritable spirale d’engagement, ils consentent les yeux fermés à faire des choses de plus en plus ridicules pour amuser leurs camarades. Peu s’échappent et ceux qui restent, stars d’un soir, n’ont par la suite aucun intérêt à révéler le canular ».
Les chercheurs dénoncent alors un jeu malsain entre l’hypnotiseur (qui manipule) et l’hypnotisé (qui fait preuve, à les croire, d’une malhonnêteté consciente).

fd

Hypnose classique et manipulation, quel lien ?

Les chercheurs font état d’un clivage entre hypnose et manipulation… Mais pourquoi faire la différence entre ces deux pratiques ? Pourquoi ne pas considérer la manipulation mentale comme propre à l’hypnose de spectacle ?
F. Martin m’a répondu à cette question qu’elle ne se posait pas : on ne peut appeler hypnose ce qui est en partie manipulation. Ah. On appelle pourtant bien triathlon ce qui est nage, vélo et course, non ?
Il est tout à fait possible de considérer l’élargissement de la définition de l’hypnose (incluant les techniques de l’hypnose de spectacle, sur lesquelles nous reviendrons en détail dans le prochain article), ou encore de définir l’hypnose classique comme une forme bien particulière de l’hypnose.

En réalité, je crois qu’il est essentiel de comprendre que l’hypnose est un phénomène complexe, mais dont les considérations de chacun sont encore trop hâtives. Si ces deux chercheurs critiques l’hypnose de spectacle, ils précisent tout de même ne pas remettre en cause l’hypnose thérapeutique, ni l’hypnose médicale. C’est donc par ses méthodes différentes que l’hypnose classique instaure le doute, mais n’est pas réellement infirmée.

Je terminerai cet article sur la sage parole de Yves GALIFET, physiologiste, professeur à l’Université Pierre et Marie Curie :

« Le terme d’hypnose couvre des pratiques très variées s’exerçant sur l’animal ou sur l’homme et dans des environnements qui vont du music-hall au laboratoire en passant par les cabinets du guérisseur, du médecin marron et du clinicien sérieux. De plus, chez l’homme, elle implique une relation particulière entre l’hypnotiseur et l’hypnotisé, relation affective qui prend des formes diverses selon la personnalité du sujet mais qui implique toujours que, comme le dit le psychiatre Henri Ey : “La force de l’hypnotiseur a besoin […] de la complicité inconsciente [de l’hypnotisé]”.

Une telle situation ne facilite pas l’étude objective des phénomènes et on comprend que, dans de telles conditions, l’hypnose ait plutôt mauvaise presse et soit considérée à tord par beaucoup “comme un mélange de jeu, de supercherie et de simulation”. »

fd

Je conçois que cet article a risqué de vous poser des questions : mais pourquoi parle-t-on de manipulation en hypnose de spectacle ? Pourquoi est-il dit que les hypnotisés ne sont pas endormis ? Pourquoi l’hypnotiseur ment-il ? Comment ça, il ne fait aucune induction ? Les hypnotisés sont-ils somnambules ? Hallucinent-ils réellement comme il est souvent dit ? Etc.
Eh bien je répondrai à toutes ces questions dans le prochain article (je maintiens le suspens) : Vous pensiez connaitre le fonctionnement de l’hypnose de spectacle ? Vous aviez tout faux : la vérité sur l’hypnose ! (L’hypnose classique, qu’en sait-on ? 2/2)

En attendant, ne froissez pas vos neurones sur ces questions, les réponses viendront assez vite.

A très vite
Hugo

[Théorie] Les détracteurs de l’hypnose ont la parole (L’Hypnose classique, qu’en sait-on ? 1/2)

10 réflexions au sujet de « [Théorie] Les détracteurs de l’hypnose ont la parole (L’Hypnose classique, qu’en sait-on ? 1/2) »

  1. killian dit :

    Bonjour et encore merci pour ce très bonne article.
    Je voulais te poser une question: ce matin, j’ai essayé d’hypnotiser une apparement assez sensible, et pour accroitre mes chances, je j’ai d’abord détendu et et ensuite tenter une induction longue par fixation d’un point. Elle s’est d’abord endormie mais c’est réveiller en sursaut, suite à quoi elle à
    enchaîner plusieurs malaises. Je m’était
    d’abord renseigner et elle ne possède pas d’antécédents medicals. elle peux juste parfois avoir des malaises par manque de maniesium. Est ce que tu sais d’où ces malaises pourraient venir?

    Je te remercie encore et attend avec impatiente ton prochaine article.

    1. Intéressant Killian !

      Il existe différentes sortes de malaises (évanouissement, malaise vagal, carences, etc).Il faut être certain de pouvoir identifier un vrai malaise (et non un simple étourdissement par exemple). Il est vrai que la carence en magnésium peut provoquer des étourdissements, mais rarement des malaises. Le stress ou les émotions fortes peuvent en revanche, et notamment chez les jeunes filles, provoquer des malaises vagaux. Si tu n’a rien fait pouvant la stresser ou lui procurer des émotions fortes, alors il y a très peu de chance que l’hypnose soit la cause de ceci, mais bien le manque de magnésium.

      En espérant avoir répondu à ta question,
      Bien à toi
      Hugo

      P.S.: Attention aux personnes simulatrices (fréquent chez les jeunes filles à problèmes traumatiques) qui tenteront d’attirer l’attention. Ou aux personnes hyper-sensibles qui s’auto-suggestionneront un comportement inconscient selon leurs attentes de l’hypnose, ce qui peut être nocif. L’hypnose n’est pas à utiliser à la légère !

  2. Tu nous apprend souvent a déceler les mensonges , avoir l air bien ,.. Mais tu pourrai faire un cour contraire je vais dire . Exemple : comment mentir bien en cas d urgence , ne pas être hypnotiser,…

    1. Hello Okarih !

      Je vais très prochainement écrire un article “d’avertissement” qui vous apprendra les manières de vous protéger de l’hypnose manipulatrice, comme l’hypnose déguisée, etc. Ce sera fait, je te l’assure.
      Néanmoins je n’enseignerai jamais à bien mentir, car comme tu as pu le lire dans le tout premier article du blog, je ne fais pas ce site web dans le but de vous apprendre à être malhonnêtes ; c’est l’écueil à éviter, et dans lequel beaucoup de blogueurs mentalistes tombent, malheureusement.

      A bientôt
      Hugo

  3. Clement V dit :

    Article au top Hugo 😉
    C’est plutôt intéressant de comprendre les critiques évoquées par ces chercheurs.
    Et comme tu dis, je pense que ces critiques sont une conséquence directe de l’image volontairement véhiculée par les hypnotiseurs eux même.
    Vivement ton prochain article 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *