[Pratique] Apprenez à conditionner au mieux vos partenaires, grâce au "Pré-talk"

Source : www.ovnisant.com
Source : www.ovnisant.com

Si vous vous avancez vers votre partenaire d’hypnose en lui lançant un très chaleureux “Je suis un mauvais hypnotiseur !” ou encore un préventif “Je n’ai jamais hypnotisé qui que ce soit !”, que pensez-vous qu’il va se produire ?

La réponse parait évidente : vous n’arriverez à rien avec votre partenaire !

Tout réside dans l’excessive importance du pré-talk. Le pré-talk est la phase préalable au spectacle/ à la séance d’hypnose ; elle sert au conditionnement du public et des futurs partenaires. Ce conditionnement est très important, car c’est lui qui permet réellement la mise sous hypnose des volontaires, en mettant en place la théorie de l’engagement (cf. l’article portant sur le sujet).
Le pré-talk consiste à convaincre vos interlocuteurs d’essentiellement 3 choses :

  • de la véracité du phénomène hypnotique
  • de votre capacité à hypnotiser
  • de leur inclinaison à être hypnotisables

Pour vous montrer l’importance de cette phase, laissez-moi reprendre chacun des trois points par un contre-exemple, et cela vous paraitra alors évident. Si vous dites à votre public :

  • “L’hypnose n’existe pas, ça n’a jamais fonctionné sur personne !”
  • “Je n’ai jamais réussi à hypnotiser quelqu’un, je suis un pitoyable hypnotiseur !’
  • “Vous ne pouvez pas être hypnotisés, personne ne le peut !”

Voici trois phrases qui n’auront qu’un seul effet : fermer vos interlocuteurs à votre discours ! Si bien qu’ils ne seront même plus volontaires, et, nous le savons, il est impossible d’hypnotiser quelqu’un contre sa propre volonté.
Considérez ceci dans le sens inverse à présent : si vous conditionnez positivement votre public, non seulement celui-ci sera d’avantage volontaire, mais vous enclencherez chez eux un engagement inconscient, à la base de leur coopération sous hypnose (nous y reviendrons plus en détail dans le prochain article sur la critique de l’hypnose).

fd

Mais que faut-il dire alors ?

Le pré-talk est simple. Nous ne sommes pas en thérapie, donc le pré-talk ne doit pas prendre en considération le VACOG de nos partenaires, par exemple. En spectacle, nous sommes limités à répondre aux trois points que je vous ai cités. Je vous invite alors à mettre en forme un petit “speech” abordant chacun des conditionnements, à prononcer avant de commencer en “remarques préliminaires” en quelques sortes…

Revenons sur chacun des 3 points : 

  • Parlez ici brièvement de ce qu’on peut retenir sur le phénomène hypnotique. Pas la peine de s’appesantir sur les définitions mais assurez-vous de balayer les principales idées reçues sur l’hypnose et de donner une définition assez complète de l’hypnose (parler de l’EMC, donnez des exemples, etc.). Et surtout, mettez à bas l’idée reçue sur le côté dangereux de l’hypnose. En faisant tout cela, vous rassurerez le public et vous lui permettrez de connaitre (un peu) ce à quoi il risque de participer.
  • Je ne vous inciterai pas à mentir. Si vous n’avez aucune expérience, ce n’est pas la peine de dire le contraire (sauf si on vous demande quelle est votre expérience ; c’est un cas de force majeure, vous ne pourrez pas répondre “aucune”, alors tentez de placer quelque chose comme “oh, j’ai commencé à pratiquer il y a 3 ans” et patati et patata. N’en faites pas trop, soyez humble, surtout si vous n’avez aucune raison de vous vanter 😉 ). Si vous avez de l’expérience, parlez-en un peu.
    Mais le speech n’est pas le meilleur endroit où en parler. Le mieux reste encore avant même l’entrée sur scène, ou du moins le début officiel du show. Créez la rumeur que vous êtes fort, laisser entendre que vous savez y faire, lors de conversation avec quelques personnes du public, pourquoi pas ?!
    Lors du speech, vous ferez d’avantage passer le message en vous montrant sûr(e) de vous, confiant(e) !
  • Enfin, si les personnes composant votre auditoire se croient non-hypnotisables, vous partez avec une balle dans le pied. Faites en sorte de minimiser leurs doutes au maximum ! Comment ? En les faisant participer, en les impliquant dans votre speech : questionnez-les à main levée (“qui connait déjà l’hypnose ?” “quel mot vous vient à l’esprit quand vous entendez hypnose ?”), faites des petits tests, etc.
    Un hypnotiseur français connu de beaucoup, dont je ne citerai pas le nom (question d’éthique), se permet de dire aux personnes de son public, au moment de leur faire un test de réceptivité, que ce dernier ne peut se faire “qu’une fois dans la vie d’un homme”, les incitant ainsi à vouloir à tout prix le réussir… une manière d’augmenter ses chances d’avoir de nombreux volontaires. D’autres hypnotiseurs précisent qu’il a été démontré que les personnes qui réussissent ce genre de tests sont plus intelligentes, plus créatives, avec une forte qualité d’adaptation. Bref, un tissu de mensonges dans le but d’augmenter leur réussite. Je ne vous donnerai pas mon avis là-dessus, car vous devez me trouver barbant à force de me lire répéter qu’il faille être honnête. Donc je vous laisse ici le choix, car lorsque les conditions sont très difficiles (lorsque vous faites une représentation dans un lieu ou tout le monde n’est pas venu spécialement pour voir de l’hypnose, par exemple, ou encore que vous avez peu de public), il est normal de vouloir mettre toutes les chances de son côté.
    Mais dans des conditions normales (exigez toujours de bonnes conditions à vos shows), tout se passe bien sans avoir recours au mensonge. Pour vous donner un exemple personnel, lors de la dernière représentation que j’ai donnée, en janvier 2013, sont montées sur scène (après les tests de réceptivité) 27 personnes sur un peu plus de 200, soit prêt des 15% de réceptifs théoriques !

En conclusion, sachez parler, sachez être éloquent dans vos explications, car c’est la clé d’un bon pré-talk (et c’est beaucoup plus subtil que de clamer que vous êtes le ou la meilleur(e)).
Sur ce, je vous retrouve dans moins de deux semaines pour un nouvel article : La critique de l’hypnose !

Vous n’avez pas encore répondu au dernier sondage concernant le lieu de stages d’hypnose ? Rendez-vous ici, vite ! Vite !

Bien à vous, tous !
Hugo.

[Pratique] Apprenez à conditionner au mieux vos partenaires, grâce au "Pré-talk"

14 réflexions au sujet de « [Pratique] Apprenez à conditionner au mieux vos partenaires, grâce au "Pré-talk" »

  1. Shinyuu dit :

    “27 personnes sur un peu plus de 200, soit bien plus des 15% de réceptifs théoriques, et ce, sans mentir !” 15% de 200 c’est 30, donc 27 c’est en dessous de 15%

  2. Gillian2611 dit :

    Bonjour,
    Attention 27 sur 200 ça fait 13,5%. Sans mentir, c’est moins que 15%.

    Blague à part, je viens de découvrir votre site et il est vraiment bien, très complet. Je n’ai pas encore tout lu mais je pense que je vais le faire, j’ai du retard à rattraper. Continuez comme ça.

  3. Raphael dit :

    ” Je ne vous donnerez pas mon avis là-dessus, ” –> Je ne vous donnerAI pas mon avis

    Sinon c’est assez intéressant, je vais lire les autres articles !

  4. Salut Hugo,

    Merci pour ces explications ! En effet la première chose que j’ai appris avec Jean-Emmanuel c’est la confiance en soit, si tu es convaincu que tu peux le faire, tu y arriveras : Fake it till you make it 🙂

    A bientôt;

    Henry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *