[Théorie] L'Hypnose dans l'Histoire !

Hypnotisk_seans_av_Richard_Bergh_1887

Bonjour à tous !

Alors que j’écris cet article, il neige à gros flocons ! J’adore la neige ! Ça me fait penser aux fêtes de fin d’année, à Noël, aux feux dans l’âtre de la cheminée, aux cadeaux, à la famille… Aaaaaah, j’adore la neige ! Mais je crois vous l’avoir déjà dit 😉

Bref, voici donc un article que j’estime important si l’on veut comprendre les fondements de l’hypnose ; il concerne son histoire. Nous ne rentrerons pas trop dans les détails, car il serait alors impossible de s’arrêter, l’Histoire est bien, en effet, l’une des disciplines les plus vastes et fournies concernant l’hypnose !

g

Ses origines lointaines

f

Mes chers lecteurs, sachez-le : l’hypnose ne date pas d’hier ! On peut retracer les origines lointaines de la pratique de l’hypnose jusqu’aux guérisseurs chamaniques, sur les peintures rupestres préhistoriques.

Les Sumériens (-4000) ont décrit sur leurs tablettes des méthodes hypnotiques.

Il semblerait que certains bas-reliefs égyptiens décrivent des « passes » réalisées par un « magnétiseur ». L’énergie serait imagée par des croix ansées partant en direction du patient. Un papyrus trouvé par Georg EBERS (égyptologue allemand) contient la phrase « Pose ta main sur la douleur et dis que la douleur s’en aille ». On voit très clairement l’autosuggestion exprimée dans ce bout de papier !

Les Grecs anciens pratiquaient une médecine par les songes dans le sanctuaire d’Épidaure (culte d’Asclépios, divinité que nous connaissons tous, vous en conviendrez ;)).

La capacité du roi de France à guérir les malades souffrant des écrouelles (une forme de tuberculose) en les touchant – appelé le « miracle royal » – apparaît au XIe siècle sous Philippe Ier. C’est aussi le médecin AVICENNE qui, au XIe siècle, est probablement le premier à expliciter le concept de suggestion et d’autosuggestion.

 f

Le commencement avec F. A. Mesmer

f

Il couramment admis que c’est au courant du XVIIIe siècle que l’hypnose apparaît, avec le médecin allemand Franz Anton MESMER qui considère l’existence d’un magnétisme animal. C’est le magnétisme dont on entend encore parlé, lorsque l’on parle de « magnétiseur ». Isabelle STENGERS dans L’hypnose, entre magie et science, considère que Mesmer a été le premier à « avoir l’ambition de donner une interprétation enfin rationnelle à des phénomènes que l’on peut décrire sous le terme général de « transe » et qui, tels quels, semblent désigner l’irrationnel ou la magie ».

Ce principe est d’abord utilisé pour soigner l’hystérie féminine (une maladie « courante » au XVIIIe), lors des séances, les femmes rentraient en transe, convulsaient, etc ; un traitement dur, qui en réalité s’avérait inefficace, puisque l’hystérie, en fait n’existait pas (je vous invite à vous renseigner sur l’hystérie du XVIIIe).

C’est de ce principe de magnétisme que découle la transe par la relaxation puisque le Marquis de PUYSEGUR pratiquait sur ses vassaux, à partir de 1784, le magnétisme animal pour soigner leurs maux. Et tandis qu’il pratiquait sur un jeune paysan de 24 ans, Victor Race, il constata, au lieu des convulsions mesmériennes auxquelles il s’attendait, une relaxation calme et profonde. A son grand étonnement, alors que Race présente l’apparence d’une personne endormie il exprime une activité mentale intense, en parlant de ses problèmes dans son patois. Le Marquis nommera ce phénomène le « sommeil magnétique », ou encore le « somnambulisme provoqué ».

En 1784, les deux commissions nommées par Louis XVI (car on ne connaît ce roi qu’à travers la Révolution Française de 1789, mais on ignore souvent que ce dernier s’intéressait à certains phénomènes encore peu expliqués) pour étudier la pratique du magnétisme animal concluent que l’imagination est la véritable cause des effets attribués au magnétisme et nient l’existence du fluide.

Parmi les successeurs de Mesmer, certains continuent à croire à l’existence du fluide, tels Puységur. D’autres, tels l’abbé Faria ou le médecin Alexandre Bertrand, rejettent la notion de fluide magnétique et se trouvent à l’origine de la théorie moderne de l’hypnose : l’Imaginationnisme.

Du Magnétisme à l’hypnose

f

On passe une période de dualité entre les différentes écoles, Mesmérisme et Imaginationnisme, cependant que James BRAID fait évoluer les méthodes d’inductions en découvrant l’induction par fixation.

d

L’âge d’or de l’hypnose en France

d

L’âge d’or de l’hypnose en France est marqué par la polémique qui s’épare les deux écoles françaises : L’école de la Salpêtrière, de Charcot, et l’école de Nancy, de Hippolyte Bernheim. 

Que nous raconte Charcot ?

En 1882, dans son ouvrage Sur les divers états nerveux déterminés par l’hypnotisation chez les hystériques, le neurologue Jean-Martin CHARCOT réhabilite l’hypnose comme sujet d’étude scientifique en la présentant comme un fait somatique pathologique propre à l’hystérie. Il n’utilise pas l’hypnose dans un cadre thérapeutique, mais pour tenter de défaire des symptômes qu’il avait lui-même provoqué afin de démontrer que les paralysies hystériques ne sont pas déterminées par une lésion organique mais par ce qu’il appelle une « lésion dynamique fonctionnelle » (qu’il recrée sous hypnose).

Il démontrera aussi, et cette théorie sera reprise par Freud et bien d’autres, que l’hypnose permet de retourner dans l’inconscient afin de réparer des troubles liés à des di
ssociations psychiques, dues à des traumatismes.

Charcot_blanche
J-M. Charcot lors d’une de ses séances

 d

Ce que répond Bernheim

Hippolyte BERNHEIM définit l’hypnose comme un simple sommeil produit par la suggestion et susceptible d’applications thérapeutiques (c’est les prémices des théories actuelles de l’hypnose).

En 1884, Bernheim définit la « suggestion » comme « l’influence provoquée par une idée suggérée et acceptée par le cerveau », puis en 1886 comme « une idée conçue par l’opérateur, saisie par l’hypnotisé et acceptée par son cerveau ».

En 1903, Bernheim considère que l’on ne peut pas distinguer l’hypnose de la suggestibilité. Il déclare « la suggestion est née de l’ancien hypnotisme comme la chimie est née de l’alchimie ». Pour lui, « il n’y a pas d’hypnotisme, il n’y a que de la suggestibilité ».

f

La polémique

Pour l’École de la Salpêtrière, « un individu hypnotisable est souvent un hystérique, soit actuel, soit en puissance, et toujours un névropathe, c’est-à-dire un sujet à antécédents nerveux héréditaires susceptibles d’être développés fréquemment dans le sens de l’hystérie par les manœuvres de l’hypnotisation » (je vous laisse imaginer les considérations que les médecins et le public – car beaucoup de séances étaient publiques – avaient pour les personnes hypnotisables !)

À quoi Bernheim rétorque qu’on peut tout aussi bien, si on le désire, provoquer artificiellement ces manifestations chez des sujets non hystériques, ou bien encore provoquer chez les hystériques des manifestations tout à fait différentes. Bernheim montre également que l’amnésie post-hypnotique peut être facilement levée !

d

Freud et les suites de l’hypnose

images

Sigmund Freud reprendra les théories de l’hypnose à des fins thérapeutiques puisque le but de ses séances était de guérir des malades de leurs symptômes en retrouvant et dé-suggérant sous hypnose divers souvenirs traumatiques de leur enfance. Il abandonnera l’hypnose pour l’expression de l’inconscient à travers la « concentration ». Il interdira par ailleurs la pratique de l’hypnose en psychanalyse, mais cela n’empêchera évidemment pas certains médecins de la pratiquer.

Enfin, Milton Erickson formera une hypnose particulière, à but thérapeutique, l’hypnose éricksonienne.

d

Le mot de la fin

L’Hypnose connaît de nombreuses considérations, aussi bien historiques, que théoriques ou encore philosophiques. L’Histoire a vu ces considérations évoluer, et je suis convaincu que celles-ci évolueront encore. Nous ne savons pas tout de l’hypnose, et nous en apprendrons encore beaucoup, en voyant sans doute nos théories être infirmées et remplacées par de nouvelles. Souvenez-vous en 🙂

d

Petite info avant de vous quitter : je tourne mes vidéos pour les articles pratiques la semaine prochaine !!! Le premier article de ce type sera donc sans doute l’article de Noël ! Enjoy !

Amitiés enneigées à vous tous,
Hugo

[Théorie] L'Hypnose dans l'Histoire !

3 réflexions au sujet de « [Théorie] L'Hypnose dans l'Histoire ! »

  1. bonjour je suis Messmer teddy je suis trés Heureux de lire tous les article sur ce cites j’ai déja synchronise quelqu’un avec leur postur/leurs gestes ou encore leur voix je veut lire encore et encore à-plus
    😉 <3

  2. Nicolas dit :

    Salut !

    Le hasard fait bien les choses, je vois en ce moment même l’hypnose en philosophie seulement, on n’a débuté qu’à partir de Charcot. Je voulais te demander d’autres renseignements, seulement, je vois que tu m’as devancé !
    Merci pour cet article Hugo et j’espère pour toi que ton paysage est devenu tout blanc (ou pas, cela doit être chiant pour aller en cours non ? Moins de transports en commun disponible)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *