En quoi la tête nous révèle-t-elle le mensonge ?

Bonsoir à tous !

Voici le premier article concret sur la détection de mensonge par le non-verbal, vous allez enfin découvrir quels signaux du corps ou de l’esprit nous montrent que notre interlocuteur ment. Mais tout d’abord, un petit cours sur le mensonge :

Le mensonge n’est pas le propre de l’homme, comme certains pourraient le penser ; en effet les singes, par exemple, se cachent la nourriture entre eux, les chiens nient avoir fait des bêtises, etc. On peut considérer que tout le monde ment, même les personnes les plus honnêtes comme moi 😉 ! Plus sérieusement, cela s’explique par le fait que certaines situations nous obligent à mentir afin de conserver des relations humaines stables (étant donné que l’homme est susceptible à souhait, et qu’il ne sait pas accepter un avis contraire à ses attentes ! Désolé, mon côté misanthrope prend le dessus ^^ ). C’est ce que l’on appelle les pieux mensonges, ou le mensonge social.

– Comment trouves-tu ma robe ?

– (Micro-expression de dégoût) Splendide ! Tu n’as jamais été aussi jolie !

En revanche, le mensonge immoral est un peu plus mal vu, puisque qu’il engage souvent la responsabilité du menteur et de celui à qui il ment. On distingue deux types de mensonge immoral : le mensonge égoïste et le mensonge par omission.

Dans le premier cas, le mensonge est clairement exprimé :

– Tu as posté la lettre comme je te l’ai demandé ?

– Bien sûr que j’ai posté la lettre !

Dans le deuxième cas, le mensonge n’est pas prononcé, comme dans le cas où ma mère omettrait de signaler à mon père qu’elle a enfoncé la porte de sa voiture par exemple 🙂 .

Je préfère vous signaler dès maintenant que je ne rédigerai pas d’article sur comment bien mentir, car je suis un fervent opposant au mensonge, qui préfère de loin l’honnêteté, même si c’est douloureux, aussi bien pour moi que pour les autres (croyez-moi), et que pour couronner le tout, malgré que je connaisse les techniques de détection, je ne sais absolument pas mentir !

Les expressions du mensonge autour de la tête

Le visage est la partie du corps la plus employée pour le camouflage des mensonges. Sourires, clignements d’yeux et hochements de tête sont autant d’entreprises de dissimulation, malheureusement contredites par d’autres signaux corporels – qui eux ne mentent pas – et c’est le manque de cohérence entre ces mimiques et les autres gestes qui trahit le menteur. Le visage est le livre ouvert de nos émotions et de nos états d’esprit, mais nous en avons rarement conscience.

Les paupières et les pupilles

Je ne vous parlerai pas de la théorie des mouvements oculaires, je lui ai déjà dédié un article.

Je vous l’ai déjà dis, une personne calme et détendue cligne des yeux entre 6 et 8 fois par minute ; en cas de stress et de tension, comme dans le cas du mensonge, la fréquence de ses clignements augmente de manière significative. Aussi, vous pourrez observer une dilatation des pupilles (et non une rétractation comme on aurait tendance à le croire) lors du mensonge. Alors observez bien les yeux.

N’oubliez pas, cependant, que l’excitation sexuelle, le manque de lumière, la prise de drogue ou de médicament peut aussi être la cause de cette dilatation.

Les lèvres

Un mouvement difficile à remarquer et à identifier car il est très proche de beaucoup d’autres, c’est le rehaussement de la lèvre inférieure, enclenché par le muscle orbiculaire de la lèvre, le muscle carre de la lèvre, et le muscle houppe. Il traduit le mensonge et est évidemment fait avant ou après sa prononciation.

Le trio : la bouche, les yeux, les oreilles

La bouche est un endroit qui parle en matière de mensonge (quel jeu de mot !). Connaissez vous l’image du singe ou de l’enfant (c’est presque pareil 😉 ) qui se pose les mains devant sa bouche, puis sur ses yeux , et enfin sur ses oreilles. Elle illustre le geste grossier du singe ou de l’enfant (sérieusement !) qui ment. En grandissant, ces gestes diminuent et deviennent plus discrets. On retrouve alors des micro-démangeaisons ou des auto-contacts autour de ces trois points.

Si vous voyez votre interlocuteur amener son doigt, sa main à sa bouche, c’est probablement pour exprimer une gêne qui peut être synonyme de mensonge. Dans le cas où la personne fait ce geste sans parler, la gêne peut venir de son désaccord sur le sujet.

Votre interlocuteur pourra aussi se gratter ou se tirer le coin de l’œil dans le cas où il mentirait sournoisement, signifiant inconsciemment qu’il ne souhaite plus voir la personne à qui il ment.

Le nez

Vous pourrez considérer qu’une personne ment si elle se tire l’oreille ou se la gratte. De même, le tissu érectile sous le nez vous permettra de remarquer lorsqu’un homme ment (car geste typiquement masculin) s’il se passe le doigt sous le nez ou se pince le nez (hormis le fait que celui-ci le gratte ou soit prit).

La nuque

Vous découvrirez votre ami en flagrant délit de mensonge, lorsqu’il passera la main sur sa nuque, afin de soulager la tension occasionnée par le mensonge.

Et n’oubliez pas, le Dr Gregory House a dit un jour :

 “L’important ce n’est pas de savoir si la personne ment ou non, c’est de savoir pourquoi elle ment”.

Amicalement 🙂

Hugo

En quoi la tête nous révèle-t-elle le mensonge ?

16 réflexions au sujet de « En quoi la tête nous révèle-t-elle le mensonge ? »

  1. Parfait, et pour s’entraîner à reconnaître ces signes, il suffit de regarder un personnage qui parle au nom d’un parti politique. Là, c’est la totale. Inutile de donner des noms, il n’y en a pas un pour racheter l’autre. Merci.

  2. Tony dit :

    Salut les gars j aime bc ce que vous faites et surtout la synergologie .
    Toi qui aime la détection de mensonge tu connais ca évidemment. Mais quel est ton métier ou ta formation ?
    Vous parlez de site d entraînement aux micro expressions mais auriez vous un site ( non payant cette fois ) a me proposer ? Merci

    1. Hello Tony !

      Je ne connais malheureusement aucun autre site d’entrainements rigoureux à la compréhension et à la détection de micro-expressions.
      Ma formation n’a rien avoir avec les micro-expressions, mes études concernent le droit.

      A bientôt
      Hugo

  3. Julien dit :

    Resalut,
    C’était peut être un compliment de forme, mais il était sincère, j’aime bien ton site !

    Je m’adressais davantage aux lecteurs, au vu de l’ancienneté du site même si à l’époque tu aurais pu te tromper j’en ai déduis que tu l’aurais de toute manière réalisé vu les références que je retrouve dans d’autres articles. J’ai conscience que de parler du mensonge dans sa profondeur serait bien plus long comme j’ai conscience que beaucoup se trompent dans ces interprétations simplistes ; d’où mon message un peu ambigu ; je le conçois. Mais peut être qu’un cours assez complet ( aussi pour résumer tes articles ) sur la détection de mensonge serait le bienvenu pour certains ;).

    Bonne continuation !

  4. Julien dit :

    Je suis navré mais là il y a une véritable généralisation.
    J’étudie le mensonge depuis maintenant quelques mois et quelqu’un qui se mets la main sur la nuque n’est pas forcément un menteur, comme un homme qui se gratte le nez ne l’est pas non plus… Ce sont des manipulatoires, des gestes de soulagement pour combattre une émotion négative !
    Lie to me se veut simple, mais c’est pour grand public, on ne prend pas quelqu’un en flagrant délit de mensonge sans un entrainement et en se fiant à des gestes de ce type.
    Je te renvoie aux ouvrages d’Ekman, celui en français intitulé “Je sais que vous mentez” et ses études comme dans “Unmasking the face” ou “Emotions reaveled”( mais là c’est en anglais ), ainsi qu’à je pense que tu le sais déjà un entrainement à ses logiciels de micro expressions et d’expressions subtiles ( ce dernier se veut aussi généraliser quelque peu -> on ne peut être vraiment sur que quelqu’un ressent de la colère par exemple seulement si elle se montre au niveau du front/sourcils, des yeux et de la bouche, sinon c’est ambigu).

    On ne devient pas un détecteur de mensonge ambulant comme ça, ça demande de longues observations et de s’éloigner de tous les stéréotypes.
    J’écris ça pour ceux qui prennent tout pour argent comptant, autrement le site est bien présenté. 🙂

    Julien.

    1. Merci Julien le compliment de forme 😉

      Pour revenir sur ton laïus (justifié, qui plus est), tu as tout-à-fait raison. Mais je ne sais pas si tu t’adresses exclusivement à mes lecteurs en les mettant en garde contre leur interprétation hâtive, ou à moi en me disant que je suis négligent en généralisant trop.
      Je crois en les deux hypothèses, et pour la première, tu fais bien, une piqûre de rappel ne fait jamais de mal. Mais comme je viens de le signaler, c’est une piqûre de rappel, et j’aimerai que tu prennes en considération que je n’ai jamais incité mes lecteurs à faire ce genre d’interprétation rapide et maladroite, pour la simple et bonne raison que j’avertie (notamment dans mon article d’introduction je crois) mes lecteurs, sur la nécessité de prendre du recul sur les interprétations des gestes et postures, suffisamment souvent !

      Ainsi, je t’invite à survoler le chapitre dans son intégralité, et tu verras qu’il est difficile de me reprocher une telle négligence. Par ailleurs, j’étudie les mensonges depuis plus de 4 ans, alors rassure-toi, je connais les précautions à prendre, et je mets tout en œuvre pour les signaler à mon audience.

      Bien à toi
      Hugo

  5. Af dit :

    Bonjour Hugo, merci pour tes articles super intéressants, on apprend beaucoup !!!
    @Iss : D’après ce que j’ai lu et compris tout mensonge s’accompagne de micro-expressions et de signaux gestuels. Maintenant, si le mensonge est anodin, ces signaux seront minimes mais bien présents.

    A bientôt ! 🙂

  6. Iss dit :

    Bonjour Hugo,
    Bravo et merci pour ton site très intéressant ! C’est très agréable de découvrir toutes ces choses sur l’esprit et le corps humain en te lisant, tu expliques vraiment bien ^^
    Par rapport à cet article, je me demandais si ces expressions liées aux mensonges étaient forcément incontrolables, par exemple lorsque je mens, j’ai tendance a croire moi même en ce que je raconte, à m’attacher en quelque sorte a mes histoires ou affirmations comme si au final elles étaient vraies (sans me préparer au mensonge avant).
    Est ce que dans ce cas, si je mens en racontant.. disons mes vacances, mon visage sera fatalement sujet aux expressions du mensonge ?

    1. Salut Iss !

      Tout d’abords, petite piqûre de rappel : ce n’est pas parce que tu mens que ton visage traduira le mensonge. Ce dernier peut être traduit par une autre partie du corps !
      Ensuite, ces éventuelles expressions sont probablement contrôlables mais cela reste très difficile, (et impossible pour les micro-expressions). Aussi, si ton mensonge ne te provoque aucun stress, il y a peu de chance que tu réagisses puisque c’est ce stress qui stimulera ton cerveau reptilien. Peu de chances, donc, que tes vacances te perturbent ! 😉
      Enfin, même si tu crois à tes histoires, ton corps réagira, car à moins du contraire, tu sais que tu mens.

      En espérant avoir répondu à tes questionnements,
      bien à toi
      Hugo

      1. Iss dit :

        Merci tu m’as bien aidé ! Donc notre inconscient (et ce qu’il fait de notre corps) dépasse bien de loin notre volonté de dissumuler nos mensonge ou émotion 🙂
        Merci encore pour ta réponse aussi instructive que tes articles,
        Iss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *