Le langage des MAINS (Partie I)

Bonjour mes chers lecteurs et chères lectrices,

Aujourd’hui nous parlerons du très complet langage des mains. Vous vous en doutez, la multitude de gestes associés aux mains est particulièrement vaste, c’est pourquoi je ne traiterai probablement que la moitié des gestes que vous trouverez dans les livres et formation en psycho-gestuelle. Cependant, j’essaierai de vous donner les essentiels et plus courants.

Il existe plus de connexions nerveuses entre le cerveau et les mains qu’avec toute autre partie du corps. Nos gestes manuels sont donc les meilleurs reflets de nos états émotionnels ; et comme nos mains se placent devant nous, ils sont très visibles.

Les mains entrecroisées, doigts en quinconce

Ce geste courant traduit l’anxiété de celui qui le reproduit. La reine Elisabeth II d’Angleterre serre souvent ainsi les mains sur les genoux lors de ses apparitions publiques. C’est un geste courant chez les politiques.

On peut serrer ainsi les mains dans 4 positions différentes : à hauteur du visage, sur les genoux, les bras posés sur la table, ou au niveau de l’entre-jambe.

Alan et Barbara Pease, deux éminents conférenciers en langage non-verbal, ont découvert qu’il existait une corrélation entre le degré de contrariété et le niveau du corps où les mains croisées se placent. Plus le rapport entre deux personnes sera difficile, plus hautes se placeront leurs mains.

Le croisement de refus

Les pulpes des pouces sont en appui et restent scotchées. Ce geste n’exprime ni désir ni plaisir ; il est neutre et trahit un individu psychorigide dans 90% des cas.

Les mains en clocher

Ce signe est visible chez les individus pleins d’assurance, et qui sont sûrs d’avoir la bonne réponse. Il trahit aussi chez certains (et suivant le contexte !) un climat mental oppositionnel, apte à utiliser des moyens pervers. Par pervers, j’entends mensonge, fraude, escroquerie, simulation…

Le clocher peut aussi se traduire par le contact de tous les doigts mais les mains séparées (voir photo J. Chirac à la Une).

Le geste du clocher existe en 2 versions : le clocher vertical et le clocher horizontal. Le premier s’observe essentiellement chez celui qui veut contenir une idée, alors que le deuxième s’observe chez celui qui écoute.

La tête sur un plateau

Ce geste, essentiellement féminin, est typique d’une séduction. Une femme séduite vous offrira volontiers sa tête sur ce plateau pour vous montrer son attention.

La main soutient le front

Quand la main vient se poser sur le front comme une sorte de cataplasme, l’intelligence dérape, la logique pédale dans la semoule, le moral cède la place au blues et la concentration se disperse. On retrouve souvent cette posture chez les étudiants qui ne comprennent rien à ce qu’ils viennent de lire. 😉

La main du juge

Ce geste représente le sens critique ; c’est un geste d’évaluation.

Les mains en courte-échelle

Ce geste particulier est fréquent chez les individus en situation précaire. C’est un appel au secours.

Le pare-soleil

Votre interlocuteur vous raconte pourquoi il a dût licencier trois de ses employés, en baissant la tête et en passant sa main au-dessus d’un de ses sourcils (comme ci-dessus). Il exprime très clairement sa honte. Ce geste a des variables très similaires (deux doigts glissent sur le front, le majeur et/ou l’index vient recoiffer le sourcil…).

Ne ratez pas la Partie II de cet article, en ligne demain après-midi !
Hugo

Le langage des MAINS (Partie I)

2 réflexions au sujet de « Le langage des MAINS (Partie I) »

  1. Samantha dit :

    Bonjour!

    Merci pour l’article!

    Je prend parfois une position des mains étrange, pouvez vous me dire ce que ça signifie?

    Je joint mes mains pour faire un “pistolet” à deux mains. Puis je met les deux indexes entre mes sourcils, et mes deux pouces sous mon menton…
    Qu’est-ce que ça veut dire?

    Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *