Les BRAS, membres de la négation et de la défense

Bonjour à tous et bienvenue sur Apprendre le mentalisme.com pour ce premier cours réel sur la psycho-gestuelle. Pour les nouveaux arrivants, la communication non-verbale constitue le deuxième chapitre de ce blog (dont le but est de former au mentalisme). Le 1er chapitre révèle des techniques de manipulation mentale. Vous pouvez accéder à tous les articles de ces chapitres en sélectionnant une catégorie sur la colonne de droite.

Nous parlerons, dans cet article et celui qui suit, des bras. Sachez-le : en cas d’attitude négative, craintive ou défensive, l’être humain a tendance à croiser fermement ses bras contre sa poitrine, indiquant qu’il se sent menacé. Ce geste est un rempart, élaboré à la fin de la petite enfance (vers 6 ans) lorsqu’on se sent menacé. C’est une manière subtile de se protéger des agressions – au lieu de se cacher derrière un meuble.

Le geste des bras croisés sur la poitrine indique donc une tentative de protection contre une situation déplaisante. Celle des bras croisés en travers de la poitrine est universelle et traduit presque partout dans le monde une attitude négative et défensive. On la rencontre souvent lors des réunions publiques, des files d’attente, les ascenseurs, et dans tous les lieux propices au sentiment d’incertitude et d’insécurité.

Le croisement des bras renforcé

La posture des bras-croisés-poings-serrés ajoute de l’hostilité à l’autodéfense. Si elle s’accompagne de lèvres pincées, de dents serrées, et d’un visage qui rougit, cette posture globale peut annoncer une agression verbale, voire physique.

La double prise des bras

Ce geste est un signal fort, une demande de protection massive face à une situation perçue comme difficile, gênante, voire désespérée.

Bras croisés et pouces en l’air

Votre interlocuteur est sur la défensive, mais ce n’est pas pour autant qu’il est intimidé.

L’auto-étreinte

Cette posture rassure, c’est un peu un auto-câlin. Elle sert à reproduire une position rassurante renvoyant au symbole maternel ; elle apparaît lorsque votre interlocuteur se sent en insécurité et doute.

Le croisement des bras aux coudes

Ce signal est révélateur d’une angoisse face à la situation présente.

La posture cache-braguette

Typiquement masculin, ce geste opère un effet rassurant pour celui qui protège ses “bijoux de famille”, prévenant primitivement les conséquences d’un mauvais coup frontal 😉

L’ajustement des boutons de manchette

Ce tic visible essentiellement chez les célébrités (habituées au public) et plus subtil encore que le croisement de bras, mais traduit malgré tout l’insécurité chez celui ou celle (dans ce cas des bracelets, …) qui le reproduit.

La barrière Tasse de café

Très bon moyen de calculer la réceptivité de votre interlocuteur : proposez lui une tasse de café ! En cas d’hésitation ou de refus de votre offre, idée, peu importe… un droitier posera sa tasse du côté gauche du corps, en fermant les bras.

Si en revanche son attitude est réceptive ou favorable, il gardera sa tasse du côté droit, laissant ainsi ses bras ouverts.

ATTENTION ! Resituez toujours ces gestes dans le contexte psychologique de votre interlocuteur ; si votre interlocuteur a des soucis personnels qui le tracassent, il y a de fortes chances pour qu’il croise les bras lorsque vous discutez avec lui, même s’il est d’accord.

Le prochain article relatera des autres postures des bras, qui traduisent d’autres états d’esprit que la négation. A très bientôt !

Hugo

Les BRAS, membres de la négation et de la défense

16 réflexions au sujet de « Les BRAS, membres de la négation et de la défense »

  1. Sonia dit :

    Bonjour,
    Comment traduiriez vous la posture des bras levés face à la nature ?
    Il est evident que c’est quelqu’un qui prend de l’espace, est ce une façon de s’imposer pour qu’on le voit ? se sent il victorieux ? il est (peut être) dans un rapport céleste…
    Qu’en pensez vous ?

  2. kevin dit :

    Bonjour à tous,

    J’ai récemment fait la découverte de ton site et qui me passionne vraiment beaucoup.

    Alors j’ai moi même une question concernant ce sujet. Il m’arrive souvent, comme le disait un internaute précédemment, de croiser les bras par simple confort. Si cela peux paraître défensif, quelle est alors la meilleure position à employer pour ne pas renvoyer cette image d’auto défense ?

    Mains dans les poches : pas toujours bonne impression
    Main le long du corps : pas évident, je trouve que cela ne parait pas naturel …

    Alors quel conseille me donnes tu ?

    Merci d’avance et merci pour tes articles.

    Kevin

  3. Papouf dit :

    Bonsoir !

    Tout d’abord merci pour tous les conseils que tu donnes sur ce site, ils sont extrêmement utiles dans la vie de tous les jours.

    J’ai une question concernant la “Barrière tasse de café”: est-ce que ces affirmations sont également valables dans le cas d’une personne gauchère, ou est-ce que c’est, du coup, inversé ? Ca peut paraître tout bête mais je me posais la question.

    Merci encore.

    1. C’est une question bête, en effet… Mais noooooooon, aucune question n’est idiote Papouf, rassure-toi ! 🙂

      Les gauchers (cercle très fermé dont je fais fièrement partie) peuvent en effet réaliser cette posture, et l’on imagine bien que, s’ils tiennent leur tasse de la main gauche, reproduiront ce geste avec la main gauche. Tout simplement.

      Mais je suis sûr que tu te doutais bien de la réponse, et que je ne t’apprends, par conséquent, pas grand chose.

      N’oublie jamais d’avoir confiance en tes idées,
      amicalement
      Hugo

  4. Scalap dit :

    Bonsoir,

    Merci encore Hugo pour tes très bons articles que je prends beaucoup de plaisir à étudier :).

    Une remarque : j’aimerais rebondir sur ce qu’à dit Jacko1618 et qui sonne vrai pour moi.
    Ma prof de communication, spécialisée dans le langage corporel, des couleurs et coach en image m’a expliqué que les bras croisés étaient trop souvent vus comme une posture négative.
    Mon ancien patron m’a fait cette remarque lors d’une réunion, je l’écoutais bras croisés et il m’a dit quelque chose comme : “tu es stressé là! tu as une attitude de fermeture!”
    Sur le coup je me suis introspecté (tu excuseras mon abus de langage), et je me suis dit “mais non! je ne me sens pas stressé, il hallucine!”. Il avait l’air tout content de lui alors je l’ai laissé croire que ce qu’il me disait était vrai et j’ai décroisé les bras… sans trop savoir pourquoi… plus pour lui faire plaisir.

    D’après ma prof, il est reconnu que la posture “bras croisés” est aussi une posture de repos, réflexion et observation/contemplation.
    Dans ce cas je pense que la posture serait plutôt celle du 1er dessin de ton article.

    Qu’en penses-tu?

    1. Hello Scalap !

      C’est une remarque judicieuse et ta prof a bien raison de faire cette précision ! Mais ici, j’expose les postures des bras dans le cadre de la négation, donc il est évident que je n’aborde que ce côté de la posture (tu as dû t’en rendre compte, mais je n’ai pas le temps d’aborder toutes les postures et tous les gestes connus). Bref, ceci dit, pour faire la différence (c’est bien la fermeture que l’on voit dans le premier dessin), on regardera aussi si les épaules de l’interlocuteur sont tendus, si ses lèvres (notamment l’inférieure) sont crispées, etc…

      De quoi différencier la réflexion de la défense ! 🙂

      A très vite
      Hugo

  5. Tege35 dit :

    Bonjour Hugo,

    J’ai une question sur la posture cache-braguette. Est-ce la même signification si les mains sont derrières au lieu de devant ?
    Je pense que oui mais j’aimerai avoir confirmation…

    Merci pour ta réponse 😉

    1. Eh non Tege35 !

      Cela n’a rien à voir 😉 En effet, les mains reliées derrière le dos peuvent avoir plusieurs significations, notamment l’attente et le campement sur ses positions. Si ce n’est pas une posture très engageante, elle ne traduit pas non plus une protection de soi.

      En espérant t’avoir éclairé,
      Hugo

  6. salut HUGO, j’ai tenter l’expérience de la tasse de café avec un ami, je voulais le faire parler de ses problèmes, et oui cette technique marche bien, d’ailleurs j’ai remarquer qu’il changeait de main en fonction du sujet de la discussion la tasse passait de la main gauche a la droite,la gauche pour les p^ problèmes personnel et gênants et la droite pour la famille,,je voudrais avoir ton avis sur la situation!

  7. Jacko1618 dit :

    Bonjour,
    Tout d’abord bravo pour ce site très intéressant. Jy trouve vraiment mon bonheur!!!

    Par contre je ne suis pas sûr que croiser les bras soit forcement un signe d’anxiété, de peur ou simplement défensif. Il m’arrive même moi-même de croiser les bras simplement pour mon confort…
    Par exemple, une personne qui sourit avec les épaule detendues et le dos droit( voir le torse légèrement bombé ) sera, il me semble, qq de confiant, à l’aise dans l’environnement où il évolue et assez avenant?
    Contrairement à quelqu’un avec le dos courbé, les épaules relevées et avec un regard et une attitude méchante…
    Mais il y a aussi sûrement des éléments que je n’ai pas encore intégré…:-)

    En tout cas merci pour cette mine d’information !!!

  8. Kochito dit :

    Bonjour/soir Hugo , d’abord je tiens à dire que je lis tous tes articles avec beaucoup d’attention , étant intéressé de ces techniques depuis un bon moment malgré mon âge ! J’ai une question par rapport à cette posture :

    Bras croisés et pouce en l’air : “Votre interlocuteur est sur la défensive, mais ce n’est pas pour autant qu’il est intimidé.”

    Est-ce que le fait de garder les pouces bien visibles à un rapport avec le fait que , dans l’analyse des mains , le pouce est souvent le doigt qui indique la confiance en soi ou la sensation de maîtrise de la situation ?

    Merci de ta réponse 😉

    1. Hello Kochito !

      Je suis ravi que mon blog te plaise !!!

      Pour te répondre : tout à fait, tu as tout compris ! Les bras croisés signifie la défensive, c’est une constante ; mais le fait que l’on sache que la personne n’est pas intimidée, c’est parce que ses pouces sont levés.

      A bientôt
      Hugo

  9. Dioud dit :

    Hello,
    “ATTENTION ! Resituez toujours ces gestes dans le contexte psychologique de votre interlocuteur ; si votre interlocuteur a des soucis personnels qui le tracassent, il y a de fortes chances pour qu’il croise les bras lorsque vous discutez avec lui, même s’il est d’accord.”

    d’accord mais lorsque l’on s’adresse à une personne que l’on ne connait pas très bien, au travail par exemple, on ne sait pas forcément si sa posture est dût à ses problèmes ou à la discussion.

    Comment faire?

    1. Hey Dioud !

      Si tu ne connais pas la personne (même si tu la connais d’ailleurs), et que quelque chose la tracasse, il y a de fortes chances pour qu’elle laisse transparaitre des signes d’anxiété ; il te faudra alors chercher d’autres signes traduisant le stress, l’angoisse (ongles rongés, la personne remue et secoue sa jambe, etc) afin de t’assurer que ce n’est pas ton discours qui l’embête.

      En espérant t’avoir aidé
      Hugo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *