Détectez les menteurs en 2 temps 3 mouvements ! *

Voici les techniques logiques du menteur en 8 points, selon Philippe Kaizen :

Point N° 1: Ne change pas de sujet !

Une des choses que fait une personne qui ment est de changer de sujet. Plus ou moins rapidement, ou plus ou moins subtilement, mais c’est une des premières choses que le menteur essaiera de faire. Rapidement, par exemple en saisissant une opportunité qui surgit à ce moment là pour détourner le sujet de conversation vers celle-ci. Ou plus subtilement, en saisissant une opportunité  faisant partie du sujet que vous voulez éviter. Pendant que la personne cherche à changer de sujet vous pouvez l’observer et essayer de déceler des actes réflexes.
Ensuite, une fois que le nouveau sujet est lancé, n’interpellez pas votre interlocuteur en lui signifiant de ne pas changer de sujet, mais embrayez dessus quelques secondes et observez à nouveau ses réactions. La personne s’est elle détendue ? Se sent-elle plus sereine depuis que le sujet à changé ? A t’elle stoppé le massage anti-stress ? Son espace géographique ou spatial a t-il changé ? (se tenir plus droite, se pencher plus en avant vers vous ou s’affaler encore plus dans le canapé , une personne sereine va occuper plus d’espace donc ça marche aussi dans ce sens  pour le canapé…). Si oui alors vous pouvez en déduire que le sujet précédent la gênait particulièrement, qu’elle était particulièrement impliquée dans ce sujet, aurait elle menti ??!
Si vous n’avez pas détecté de signes de mensonges avant ce fameux changement de sujet et que vous avez toujours des doutes, alors parlez à nouveau du sujet fâcheux.

Point N° 2: Alors c’était comment ta soirée ?
Dans ce point il s’agit de la réponse en elle même qui peut être analysée , elle peut être divisée en trois profondeurs:

Question: Alors, c’était comment ta soirée ? (par exemple une conjointe à son conjoint)


Réponse niveau 1: Oh c’était bien…


Question 2: Mais encore ?


Réponse niveau 2: Oh c’était bien, on a passé une bonne soirée, on est allé au restaurant , on a bien mangé, c’était très bien.


Réponse niveau 3 (sans qu’il y ai forcément de question 2): Oh ça c’est bien passé, on a passé une bonne soirée, on est allée au restaurant, Eric  nous a bien fait rire, on a bien discuté, la femme d’Eric était là aussi, etc etc…


Réponse bonus niveau 4: Oh ça c’est bien passé, on a passé une bonne soirée, on est allée au restaurant, Eric (toujours lui)  nous a bien fait rire, on a bien discuté, la femme d’Eric était là aussi, par contre elle a pas du tout aimé le plat qu’elle a commandé, elle trouvait que le service était long, mais elle était vraiment heureuse de me revoir etc etc…

Commençons par la réponse 1, alors nous pouvons dire que la réponse manque plutôt de détails non ? En général la personne qui ment ne va pas entrer dans les détails (surtout par contraste si la personne est beaucoup plus bavarde d’habitude en ce qui concerne le récit de ses soirées !). Après cela dépend aussi si vous avez ou non surpris votre interlocuteur. Essayez d’inventer une histoire en une fraction de seconde en étant en état de surprise ! Vous pouvez poser à ce moment là la question 2 : « Ah, c’est tout ? ».

Si vous avez droit à la réponse 2 alors vous pouvez constater qu’il n’y a guère plus de détails ! (tout juste peut on dire que la personne à un peu réfléchi à ce qu’elle allait vous raconter). Avez vous remarqué les différences entre les réponses de niveau 1/2 et les réponses 3 ou 4 ? Quelle est la différence majeure entre la réponse de niveau 3 et la 4 ?

En ce qui concerne la réponse 3 les personnes qui inventent des histoires parlent très rarement des points négatifs à propos de cette supposée histoire. Ça c’est un indice que vous pouvez sérieusement mettre dans votre boite à outils ! D’ailleurs la réponse 3 ressemble à une histoire que la personne à bien pris le temps d’apprendre avant de vous la raconter. Inversons encore les rôles, vous êtes super en retard parce que vous avez fait une grosse bêtise et votre petite amie va vous attendre au tournant lorsque vous allez rentrer, vous vous dites « bon qu’est ce que je vais bien pouvoir raconter ? Ah oui, tiens je vais dire ça, ceci et cela (par exemple la réponse 3) ». Vous allez inventer des choses simples à retenir,  tout c’est bien passé dans cette soirée « comme ça je risque pas de me tromper ou me contredire… ». Vous avez une réponse 3 parfaite, quelques détails réfléchis, pas de points négatifs. Vous entendez une réponse de type 3, observez bien les actes réflexes de la personne car ça risque d’être le festival (regard fuyant le face à face, auto-massage, changement de sujet…). Prenez bien en compte que la personne a mémorisé ce qu’elle va dire et que la technique de l’orientation du regard risque d’être faussée… Ce problème est cependant facilement contournable en posant des questions ciblées qui ne figurent pas dans la réponse 3. Si le regard vire alors dans l’autre sens vous savez quoi penser… (Nous en reparlerons dans le chapitre sur la psycho-gestuelle).

Réponse 4 ! Vous l’avez peut être déjà remarqué mais cette réponse a une  forte chance d’être la vérité car elle comprend une autre spécificité que j’ai souvent remarqué (lors d’entretiens d’embauches par exemple) c’est la référence aux pensées et états d’âmes des personnes présentes à cette soirée. La personne qui ment éprouvera une grande difficulté à inventer rapidement des détails mais alors encore plus de difficultés s’il fallait en plus inventer les pensées des autres. Essayez vous allez voir. C’est pour cela que je considère cette réponse 4 comme ayant toutes les chances d’être la vérité.

Point N° 3: La robotisation.
Beaucoup plus fréquemment en état de surprise, la robotisation, dans ce cas précis, signifie une chose par rapport au menteur c’est sa tendance à répéter les termes que vous avez employé dans votre question.

Question: As tu déjà songé à me tromper (comme ça direct…) ?

Réponse: non, je n’ai jamais songé à te tromper.

Revoyons les pensées au ralenti : « Bon sang oui j’y ai déjà songé, mais pourquoi elle me demande ca comme ca maintenant, vite il faut que je réponde rapidement, je n’ai qu’à reprendre sa phrase pour donner plus de contenu et de poids à ma réponse… »
Une personne qui ment sous la surprise (et sans parler des gestes réflexes) peut donc reprendre exactement les termes que vous avez employé dans votre question, donc à mettre sur votre liste des suspicions suspectes… Nous en reparlerons.

Point N° 4: « Est-ce que je peux t’aider ? »
La personne innocente, elle, et à plus forte raison lorsqu’elle est accusée à tort va tout faire pour vous prouver qu’elle dit la vérité, elle va vous regarder dans les yeux, faire des gestes visibles, détailler ses réponses, bref argumenter jusqu’à ce que vous l’ayez cru (ou plutôt compris qu’elle est innocente). N’est ce pas ce que vous feriez si vous étiez accusé(e) à tort ? Nous verrons dans le prochain article quelques stratégies pour créer des réflexes chez votre interlocuteur,  l’allusion en est une, par exemple à votre travail, vous soupçonnez un collègue de raconter des choses sur vous dans votre dos. Vous pensez savoir qui c’est, vous allez la voir et lui dîtes: « Je crois qu’il y a quelqu’un qui raconte des histoires sur moi dans mon dos, tu ne sais pas comment je pourrais gérer ca ? » Si vous êtes en face de la personne qui raconte ces fameuses histoires vous pouvez observer et reprendre les derniers points que nous venons d’aborder. Par contre si ce n’est pas cette personne, elle n’aura aucun problème à parler du sujet, sera peut être même enchantée que vous lui demandiez son avis et fera de son mieux pour vous aider à gérer cette situation. Encore une fois que feriez vous à la place de la personne qui ment et à la place de la personne honnête ?

Point N° 5: Désynchronisation.
Ce que je nomme désynchronisation est un faux timing entre la surprise, les réactions et les paroles. Intuitivement vous avez sûrement déjà réagi et ressenti comme quelque chose de vide dans une réaction, quelque chose qui cloche. Eh bien c’est souvent la cause d’un décalage, justement. Par exemple, un effet de surprise qui se prolonge dans le temps sur le visage de quelqu’un. Nous avons vu dans les mensonges et votre cerveau qu’un réflexe provient du cerveau limbique, qu’il est immédiat, quasi incontrôlable et donc honnête. Une réaction de surprise sur un visage qui se prolonge dans le temps est clairement fausse, la personne essaie de faire croire qu’elle est vraiment étonnée alors qu’elle ne l’est en fait pas du tout. Même chose avec une personne en colère qui va frapper du poing sur la table et prononcer des paroles et la personne qui va faire semblant d’être en colère et donc commencer à parler puis seulement après frapper du poing sur la table (déjà vu en réunion).

Point N° 6: Gagner du temps ! Gagner du temps pour réfléchir à un mensonge, voilà à quoi servent souvent des réponses du type: « Pourquoi tu me dis ca ? », « Tu peux répéter la question ? », « Tu peux être plus précis ? », « Je pense qu’on connaît tous les deux la réponse » ou bien la personne répète votre question en ajoutant « C’est bien ca dont tu veux parler ? »
Si vous entendez ce genre de réponses c’est que la personne a besoin de temps pour inventer une réponse alors vous savez ce qu’il vous reste à faire n’est ce pas ? Nous en reparlerons…

Point N° 7: Généralisation.

Question: M’as tu déjà menti ?


Réponse: Tu sais bien que c’est pas mon truc de faire ce genre de choses, je suis contre ce genre de pratiques, les gens qui font ca n’ont pas beaucoup de morale.


Une réponse qui généralise le sujet et un peu une façon de changer de sujet, en tous cas elle est souvent le signe d’un mensonge, donc si vous entendez ce genre de discours alors  notez bien cela sur votre liste mentale dans la colonne mensonges et poussez votre investigation  plus loin.

Point N° 8: Tu me crois n’est ce pas ? 
Une personne qui vous dit cela peut être le signe d’un mensonge, la personne cherche à se rassurer en vous demandant si vous avez bien gobé son mensonge. Vous pouvez lui répondre que oui et observer ses réactions, les mêmes que pour le cas du changement de sujet. Puis ensuite remettez le sujet sur le tapis et observez à nouveau les réactions.

Nous reviendrons brièvement sur ces techniques dans le chapitre suivant.

Source : http://www.detecter-les-mensonges.fr
Détectez les menteurs en 2 temps 3 mouvements ! *

10 réflexions au sujet de « Détectez les menteurs en 2 temps 3 mouvements ! * »

  1. D. dit :

    Pourrait-on avoir des sources un peu mieux citées ? Deux initiales sont plutôt succintes pour un article qui repose pratiquement entièrement sur la théorisation de quelqu’un d’autre… Ce commentaire est valable pour 90% de vos articles.

    1. Un peu mieux citées Daniel ?
      La source est signalée en gras en fin d’article et l’auteur est recommandé et explicitement cité sur la page Références & Sources. Je peux difficilement faire mieux, les initiales étant là pour éviter de faire de la redite étant donné que cet article fait partie d’une suite.

      Quant à l’applicabilité de ce commentaire à la majorité de mes articles, pourquoi être si injuste envers moi ? 😉 Je vous laisserez vous assurer que toutes sources sont citées, sauf erreur involontaire de ma part, dès lors qu’une phrase ou citation est utilisée dans l’un de mes articles. Pour ce qui est de la reprise des idées et théories véhiculées sur ce blog, je tiens à vous préciser que non seulement il n’existe aucune propriété intellectuelle sur les idées, mais qu’en plus, je ne me positionne jamais en tant que créateur d’une idée/théorie dont je sais qu’un tiers en est à l’origine.

      Hugo

  2. Kazziha dit :

    Bonjour, j’ai lu quelque part (je ne me souviens plus où…), qu’au contraire, un “abus” de détails est un signe de mensonge, la personne cherchant justement à donner le plus de “poids” possible à son histoire…
    Pourriez vous m’éclairer ?

    1. Bonjour Kazziha !

      Il est tout à fait exact qu’un nombre important de détails peut être synonyme de vérité comme il peut être synonyme de mensonge. Il faudra le déterminer en s’appuyant sur d’autres signes de mensonges pour confirmer ou infirmer l’hypothèse du mensonge. Il est nécessaire aussi de s’assurer de l’utilité des détails précisés : en effet si un grand nombre de détails donnés par l’interlocuteur est inutile, il y a de fortes chances que ce soit une justification, et donc un mensonge.

      A bientôt
      Hugo

  3. Haki dit :

    Comment faire quand on a demasquer la personne qui ment et cette personne s’énerve contre nous avec des injures et continue de nier en disant des chose comme “laisse tomber, tu n’y comprend rien” ?

    Sinon merci pour ton blog. J’ai 15 ans je suis très intéressé par je Mentalisme depuis très longtemps. J’aimerai être le plus jeune mentaliste de France donc j’essaie apprendre tout ce que tu sors Tu es ma seul issue de secours pour prendre enfin ma vie en main.
    Encore merci.

    1. Que de poids sur mes épaules Haki !

      Je suis vraiment ravi que mon blog te plaise à ce point !
      Pour répondre à ta question, il est très difficile pour une personne d’être confrontée à son mensonge, c’est pourquoi il faut être indulgent envers elle. Et puis, qui te dit que tu as réellement identifié un mensonge ? Qu’est-ce qui te fait dire que tu ne t’es pas, en fait, trompé ? Vois-tu, je suis moi-même confronté chaque jour à plusieurs analyses de mensonges, mais en réalité, aucun élément objectif ne me permet de penser que j’ai raison à 100%. Il nous est donc nécessaire, à toi comme à moi, de prendre beaucoup de recul sur nos pratiques.

      On ne peut donc obliger quelqu’un qui ment à dire la vérité, car souvent, si la personne avoue, face à nos accusations, qu’elle mentait, cela signifie probablement qu’elle est finalement prête à nous dévoiler la vérité. En revanche, si la personne résiste, tant pis pour nous. La vérité dois, à ses yeux, être préservée.

      Retiens ceci, car c’est probablement le meilleur conseil que je pourrai te donner dans cette réponse : ce qui fait un vrai mentaliste n’est pas sa capacité à déceler les mensonges, mais sa capacité à savoir quand il est judicieux de le faire remarquer.

      Bien à toi,
      Hugo

  4. LX dit :

    Salut !

    J’ai également remarqué que les menteurs ont tendance à ne pas forcement fuir ton regard, mais à le soutenir, pour aussi s’assurer que tu les crois bien. En tout cas, dans mon cas, lorsque c’est arriver que je mente, je procédais comme ceci.

    J’apprécie ton blog, c’est un sujet vaste et qui mérite que l’on s’intéresse à celui-ci ! Félicitations 🙂

    A bientôt

    1. Hello LX !

      Oui, tu as raison, cela peut s’observer ; mais çela dépend des gens, et des gestes qui accompagnent le mensonge. Je te rappelle qu’un geste qui a pour signification le mensonge, ne traduit rien en réalité, puisqu’on ne peut décemment pas prendre en compte un seul geste pour détecter le mensonge.

      Le toucher du nez ou le passage du doigt sous le nez s’accompagnera souvent, dans le cas du mensonge, par un regard fuyant, pour exemple.

      Au plaisir
      Hugo

  5. Jacoby dit :

    Par rapport à l’effet de surprise je pense que tu pourrais ajouter qu’une personne surprise a cette réaction pendant seulement 1 seconde ; une personne surprise pendant 2 ou 3 secondes est enfaite ( si je puis dire ) déja au courant de ce que l’on vient de lui annoncer. Apres c’est juste un conseil pour plus de détails c’est toi le patron ici 😉 .

    1. Hello Jacoby !
      Effectivement, je ne l’ai pas précisé ici, mais je crois le dire au début de l’article lorsque je parle de micro-réactions… j’aurais peut-ête du le préciser, merci à toi 🙂

      A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *