Ancrage et manipulation: quel lien?

Bonjour à tous, aujourd’hui nous parlerons de l’ancrage.

L’ancrage reprend rapidement le principe du Réflexe de Pavlov*. Par définition, l’ancrage est l’association entre un stimulus sensoriel et une réaction ou une émotion liée à une expérience vécue ; autrement dit, lorsqu’on vit une expérience unique, nous avons alors sur le moment un état émotionnel propre à cet instant… si lors de ce moment vous sentez une odeur particulière, il y a de fortes chances pour que le jour où vous sentez à nouveau cette odeur, vous ressentiez la même émotion ! Vous saisissez ?

Cette technique est très utilisée en thérapie, notamment en PNL (programmation neurolinguistique) et en hypnose.

Mais alors, me direz-vous, comment utiliser l’ancrage dans la vie de tous les jours, pour manipuler ? La réponse est simple : soyez IMAGINATIF !

Voici un exemple personnel : au cours d’une soirée organisée chez un ami, j’ai trouvé dans une des chambres de sa maison une invitée que je ne connaissais ni d’Eve ni d’Adam, assise sur un lit en pleine crise de larme pour X raison. Je me suis approché pour lui demander ce qu’il se passait, mais elle était bien trop affolée pour pouvoir articuler 2 mots… {Dans le passage qui suit, j’utilise une technique d’hypnose déguisée, que nous aborderons dans le chapitre sur l’hypnose} Je me suis accroupis près d’elle et lui ai demandé de respirer par le nez, pour qu’elle se relaxe :

« la respiration par le nez est une bonne méthode si tu veux te détendre et stopper tes larmes » lui ai-je dis ; « c’est très bien, continue… voilà, tu te détends… sens comme ta respiration devient profonde et apaisante » ai-je continué le plus naturellement du monde alors qu’elle arrêtait de pleurer  ; je lui ai alors consciencieusement posé la main sur l’épaule (ancrage) et je lui ai dis : « voilà, essais de faire le vide. Tu es bien, merveilleusement bien, maintenant tu oublis tous tes problèmes, tu es détendue… dorénavant, chaque fois que quelqu’un te touchera l’épaule comme ceci, tu te sentiras parfaitement calme est détendu ».

Je lui ai donné une tape légère sur l’épaule pour m’assurer que l’ancrage soit imprégné et je me suis assuré par la suite de lui toucher quelque fois l’épaule dans la soirée pour le l’ancrage fonctionne.

Il faut savoir que je me suis servis de son état fébrile pour induire une suggestion… une personne ayant eu tous ses esprits m’aurait probablement regardé bizarrement 🙂

J’espère que vous saurez mettre en application ce premier cours concret sur la manipulation mentale.

* Réflexe de Pavlov: on faisait teinter une clochette en même temps que l’on donnait de la nourriture à un chien, puis finalement, le bruit de la clochette suffisait à faire saliver le chien même en l’absence de nourriture.

Ancrage et manipulation: quel lien?

29 réflexions au sujet de « Ancrage et manipulation: quel lien? »

  1. Yanick dit :

    Je poste ce commentaire meme si je sais qu il est tres probable que tu ne le voit pas
    Deja je trouve ton blog tres intéressant et apres la lecture de cet article et des commantaires je me suis posé une question :si nous faisont un ancrage sur les mains va t il s effacé progressivement car les mains sont toujours extrêmement solicitées et il me parait vraiment improbable que le sujet resente une sensation de bien etre a chaque fois qu on lui touche les mains?
    Yanick

  2. Pascale dit :

    J ai été victime d hypnose conversationnelle avec ancrage.
    j ai commis des actes que je n aurai pas acceptés en temps normal.
    je trouve le procédé malhonnête.
    De ce fait vous obtenez ce que vous voulez de la personne qui a été manipulée
    entre autre:du sexe
    sans compter la souffrance induite par la suite.
    méthode utilisée par certains praticiens de sante pour assouvir leur désir.
    On en ressort jamais indemne .
    dépressive et honteuse et toujours victime de cet ancrage qui n à pas été aboli
    je ne vous remercie pas du tout.

    1. Hugo Gervex dit :

      Bonjour Pascale !

      Je suis navré de ce qui vous est arrivé, mais il n’est pas prouvé que l’hypnose rende possible une telle manipulation. Je Vous invite à vous assurer du sérieux des praticiens que vous consultez. Vous pouvez aussi vous faire accompagner lors de séance avec ces praticiens.
      Quant à l’agression sexuelle, elle peut être dénoncée auprès des services de police.

      Bon courage,
      Hugo

  3. Soh dit :

    Je découvre ce blog très sympa bien écrit, en toute simplicité avec une pointe d’humour j’aime beaucoup . Je cherche le passage sur l’hypnose conversationnelle , je suis tombé sur le dernier article sur l’hypnose en cherchant ( mentalisme) donc je replonge un petit coup dans l’hypnose au passage grâce à toi Hugo , félicitations c’est super bien fait sans prétentions avec humour 😉
    J’espère que tu aura ce comm car visiblement cela date de janvier.
    En tout les cas une bonne continuation je vais voir si je peu suivre tes articles bien écrit qui dispense du bla Bla et des chi chi habituel à bientôt peut-être 👍🏽.

  4. Georges dit :

    Tes articles me passionnent vu leur simplicité d’application et sont pour ainsi admettre très pratiques.

    Je lis des ouvrages sur la psychologie pratique, l’hypnose et surtout l’hypnose Ericksonnienne. Je ne puis affirmer avoir lu un article aussi simple et intéressant que celui que vous avez écrit sur l’Ancrage. Merci pleinement!

    .

  5. Armand dit :

    Bonjour,

    Je voudrais avant tout apporter une petite précision sur Pavlov. Ses recherche ont mis en avant le Conditionnement ce qu’explique Hugo avec d’autre mots. Pour faire simple je vais prendre le cas d’un chien que vous éduquer (Désolé c’est une déformation professionnel). A chaque fois que le chien s’assoit vous lui donner l’ordre “assis” et vous le récompenser avec un friandise (du jambon par exemple).
    A force de répétition votre chien s’assiéra dés que vous lui donnerez l’ordre ou dés qu’il verra que vous avez du jambon dans la main. Vous venez de le conditionner.

    Ensuite Pavlov a effectivement commencer par donner à manger à des chiens juste après un stimuli extérieur (clochette) mais en suite il a poussé l’expérience plus loin en branchant des électrode dans l’anus du chiens et il envoyait une décharge électrique juste avant de donner une gamelle. Le résultat a été que le chien ce mettait a saliver dés qu’il recevait une décharge électrique même si on lui donnait pas de nourriture car il avait former l’association suivante (avait été conditionner pour penser que) :Décharge (douleur) + nourriture = plaisir.

    J’espère avoir bien résumer et simplifier les choses et pardon pour la longueur de ce commentaire.

    Super blog en tous cas.

    Armand

    Ps : Hugo est ce que tu crois qu’il est possible de créer un ancrage par téléphone.
    Je m’explique.

    Une fois j’ai téléphoner à une amie, et elle était en plein crise de larmes car elle c’était disputé avec son copain. Je lui ai donc dit de respirerai profondément car je n’arrivait pas a la comprendre quand elle parlait. et quand elle c’est calmé je lui ai fait caresser son chien en associant des pensé positive. est ce que j’ai créer un début d’ancrage à ce moment la que j’au rais pu renforcer par la suite ou cela n’a rien à voir ?

  6. Axelle dit :

    Bonjour!

    Je lis depuis peu votre blog, très intéressant d’ailleurs!
    Dans le cas où une personne fais de l’hyper ventilation et que sous le stress, n’écoute personne. Comment capter son attention pour réaliser un ancrage et la calmer?

    Par ailleurs, j’ai réalisée une expérience sur une amie. Cette personne a beaucoup de problème d’orientation et une fois où elle était perdue, j’ai vu un coquillage de saint jacques de Compostelle. Je lui ai dis “On est où ici?” , elle ma répondu non et je lui ai montré le coquillage par terre en lui disant qu’on était tout près de l’endroit X . Je lui ai demandé plusieurs fois au même endroit la même question. Un jour je lui ai demandé cette question à un endroit complètement différent et elle a regardé par terre (alors qu’il n’y avais pas de coquillage). Est ce juste l’expérience de Pavlov ou est-ce déjà de l’ancrage? (ici grâce à une phrase et non un toucher de l’épaule ou autre)

    1. Hello Axelle !

      Le réflexe pavlovien n’est rien d’autre qu’un ancrage, donc pas besoin de les dissocier ici. Le coquillage est bien un ancrage.
      L’hyperventilation est une réaction automatique du corps à une trop grande absorption de dioxygène. On ne peut calmer une crise d’hyperventilation simplement avec un ancrage car, que ce soit bien clair, l’ancrage n’est pas une solution mais un outil. Dans mon article, je rappelle une utilisation de l’ancrage dans ce genre de situation mais en aucun cas je ne crée un ancrage pour calmer mon interlocutrice pendant le moment de stress.
      Ainsi, si quelqu’un fait une crise de ce genre, il est préférable de chercher à la détendre et la rassurer plutôt que de former un ancrage à tout prix.

      L’ancrage servira donc à rappeler un état de bien-être (dans ce cas-ci), et pas à autre chose. Dans le cas d’une hyperventilation, n’étant pas un stress psychologique mais physiologique, si la personne fait une deuxième crise (après une première durant laquelle tu as posé un ancrage), il ne servira absolument à rien de lui rappeler l’ancrage, qui n’aura aucun effet.

      La meilleure solution reste encore, après l’avoir calmée, de lui faire boire un grand verre d’eau très sucrée ! 🙂

      En espérant t’avoir malgré tout aidé,
      Hugo

  7. Quentin dit :

    Je ne suis qu débutant dans ce domaine, mais en regardant bien, quand on procede a un encrage par le toucher, on se sert de zones ciblees (coude, epaule, mains…). Ces zones sont specialement sensibles et aussi très utiles en séduction (lire “comment devenir un mâle dominant de John Alexaner, tres interessant), elles vont donc dès leur stimulation produire un effet sur la personne en lien avec la situation, d’où l’efficacite de l’ancrag (en reprenant l’exemple d’Hugo) où cette sensation apportee au préalable est “réveilléé” à la stimulation de cet endroit.
    De plus, Si un deuxieme sens est concerné, à mon humble avis ça doit être la même chose pour les autres. En fait, si on reflechis bien, chacun de nos sens nous apporte diferentes sensations en fonction des cas et situations ! (entendre une chanson qu’on aime bien ou pas, voir une personne qu’on aime ou qu’on deteste, manger quelque chose que l’on aime plus ou moins…) (Dites moi si j’ai faux). Pour moi le toucher est plus utilisé tout simplement par ce que c’est de loin le plus pratique et facile.

  8. Ivy_Ilan dit :

    Bonsoir, j’aurais une question à ce sujet.. Si j’ai bien compris l’ancrage se fait par le toucher, et apparemment aussi par l’ouie.. Enfin, je voulais savoir s’il peut se faire par la vue, ou d’autre sens ? Est-ce que tu pourrais me donner quelques indications s’il te plait ?

    (PS : Très bon blog ! )

    1. Hello David !

      L’hypnose fera l’objet de mon dernier chapitre (chapitre 5), il te faudra donc attendre largement jusqu’au mois de Mai pour que je l’entame. Mais même avec mes articles, cela ne te sera pas suffisant car je parlerai plus de l’hypnose de spectacle (hypnose classique) que de l’éricksonienne.

      Je te conseille donc de chercher ailleurs sur le web (il y a plein de sites très intéressants), ou de faire des stages, auprès de l’institut Phénix par exemple.

      Bien à toi 🙂
      Hugo

  9. Dioud dit :

    Bonjour,

    je voulais savoir si il était possible de s’entrainer à l’encrage et autres techniques sur un sujet conscient de ce que l’on veut faire. Je suis débutant, je n’ai pas encore eu l’occasion de pratiquer quoi que ce soit, je voudrais demander à mon meilleur ami de servir de sujet “d’entrainement” mais serat-il réceptif du fait qu’il sait ce que je veux faire? ou au contraire?

    Dans mon travail cela pourrait s’avérer utile pour calmer un blessé ou une personne prise de peur mais je ne veux pas me lancer la dedans sans être un minimum entrainer pour ne pas perdre mon temps sur des “patients réels”.

    Merci d’avance cordialement.

    1. Hello Dioud !

      Oui, l’ancrage est un phénomène inconscient, mais ce n’est pas pour autant qu’il ne fonctionne pas si la personne en connait le principe, et sait que tu le pratiques sur elle.

      Comme je l’explique dans un commentaire plus haut, il faudra t’assurer que tes patients ne souffre pas de crises quel qu’elle soient (angoisse, tétanie, spasmophilie, etc), car cela ne servira a rien de poser un ancrage dans ces conditions, le cerveau est trop saturé.

      Je te conseille en effet de t’entrainer sur des personnes avant, mais cependant, il faudrait tout de même mieux qu’elles ne soient pas au courant, car cela fausserait l’expérience. Je te conseille de pratiquer cela en soirée en faisant appel à des sentiments comme la peur, la colère, l’apaisement, etc, bref, toute sorte d’émotion forte qui te sera visible.

      Mais l’ancrage est un processus compliqué, c’est pourquoi je te conseille aussi de te former à l’hypnose ericksonienne pour mieux comprendre son fonctionnement, et pour le pratiquer.

      Amicalement
      Hugo

      1. Gwen dit :

        Coucou tout le monde.
        Je déterre ce billet en parcourant ton blog Hugo.

        Face à une personne en crise essayez ce qui suit :

        Parler lui calmement et comprenez son malaise.
        Parlez en un tout petit peu, elle doit comprendre que vous portez de l’attention à son état.

        Amenez là à un autre point de concentration : sa respiration.
        Ce qui est relativement facile si le sujet respire très mal.

        Focalisez son attention sur sa respiration en lui demandant de souffler le plus profondément possible sur votre main dont vous lui présentez la paume (pas le dos).

        Prenez ses mains l’une après l’autre pour remplacer la votre puis encourager la à souffler dedans. Demandez lui de s’imaginer, en fermant les yeux, souffler un nuage blanc dans le creux de ses mains.

        Une fois ses yeux fermés, sa respiration meilleure et dirigée dans le creux de ses mains. Posez vos mains sur ses épaules et entamez votre ancrage si vous le souhaitez.

  10. Nicilis dit :

    Salut,
    J’ai essayé une forme d’ancrage aujourd’hui, enfin je crois, ça à plus ou moins fonctionné.
    Mais je me suis retrouvé dans le même problème que themale, je m’explique :
    Une amie a fait une crise “d’émotion”, elle suffoquait et j’étais là à essayer d’appliquer ta technique mais elle ne m’écoutais pas, elle souffrait trop et par conséquent je me suis senti con à ne pouvoir rien faire que de l’emmener à l’infirmerie.
    Je sais qu’en ce moment, je te sollicite vraiment beaucoup, mais c’est quasiment si je connais tes articles par coeur rien qu’avec une première lecture et tout s’y prête pour que je mettes mes connaissances et pratique.
    Enfin bref, est-ce qu’il y a un moyen de faire réagir la personne pour qu’elle nous écoute ?
    J’ai lu que lorsque le conscient était “surchargé”, il lui suffisait de lui donner un ordre et il obéissait mais j’ai pas osé lui dire “dors” j’aurais eu l’air bête ^^.

    Merci Hugo pour ton aide encore une fois =D

    1. Hey Nicolas !

      Hé oui, tu n’es pas le premier à me demander pourquoi cela ne marche pas… Une crise de panique est un trouble physique et/ou mental provoqué par un mécanisme psychique. On ne peut pas pratiquer l’Hypnose sur quelqu’un sujet à une crise quelconque. Autant faire de l’hypnose pour calmer un épileptique en pleine crise !

      Dans ce cas, il aurait simplement fallut calmer ton amie, de manière à la détendre, et si son état s’aggrave trop, c’est l’infirmerie ou le médecin direct ; tu as bien réagis.

      Pour répondre à l’idée du conscient surchargé, il ne faut pas se méprendre ! (C’est pour ça que j’accorde un chapitre entier à l’hypnose, car comprendre comment utiliser chaque hypnose demande du temps et de la pratique) Je parle de surcharge sensorielle, dans un instant de calme, pas de grand stress ! 😉
      Aussi, l’ordre est implicite, et c’est une suggestion réalisable à l’état de veille, pas un ordre cru comme “dormir!”.
      On utilise pourtant cette technique (dire “dormir” lors d’une surcharge) en hypnose classique, mais uniquement sur des personnes très réceptives (pour cela il existe des tests de réceptivité), et probablement qui ont déjà été hypnotisées préalablement ; on appelle cela une induction par saturation psychique.

      Mais patiente, le chapitre sur l’hypnose viendra (en attendant, si tu ne veux pas patienter, tu as mon numéro personnel) 🙂

      A bientôt
      Hugo

  11. TheMale dit :

    donc se que tu me suggere de faire Hugo c est de la relaxion comme on utilise dans la PNL ?
    en faite je connais que la RELAXATION ericksonienne avec les phrase preconstruite qu il reste plus a ajouter le texte dedans … c est bien ca ?

    exemple:
    MAINTENANT QUE tu respire bien profondement TU PEUX commencer a te relaxer,
    PLUS TU avance et PLUS TU TIEN sens cette force monter en toi … cette assurance que rien ne peut t arriver PARCE QUE plusieurs personne le font tout les jours et AUSSI PARCE QUE je suis la a tes cote …
    etc.

    sinon, si c est pas ca, comment m y prendre pour cette relaxation … enfin tu as peut etre des lien ou des reference que je peux lire pour ca ?

  12. TheMale dit :

    tu as raison facile a ecrir plus difficile a agire ;p
    mais je suis pres a essayer quand meme

    quelque chose que j ai oublier de preciser je l ai remarquer en plein milieu du sentier et non avant de le debuter se qui veux dire qu elle etait deja en pleine panique pendant qu elle marchait dans le sentier

    tu penses que c est une bonne choses de l arreter en plein milieu du sentier pour cette technique ?

    imaginons je lui dis de s asseoir un instant par terre ou rien ne peut lui arriver (elle ne peux pas tomber plus bas) et la je commence a operer ?

    p.s. la fixation d un point ca me fait peur parce que j ai lus un peut ‘les technique secrete de l hypnose’ et il est dit que ca fait tomber le sujet dans un someille profond ! ja i peur qu elle s endore en marchante ! 🙂

    merci Hugo

    1. Hey TheMale !

      Haha, oui effectivement, si cela s’est produit en plein milieu du sentier, il vaut mieux le faire après, mais dans ce cas la seule chose à faire est de la rassurer. Car l’ancrage doit se faire pour quelque chose de durable, si tu le fait après, cela ne sert plus à rien. La relaxation suffirait amplement. 🙂

      Ne t’inquiète pas, seules les personnes très réceptives peuvent, par la fixation d’un point (et avec quelques suggestions d’endormissement quand même) tomber sous hypnose. Ça ne risque pas d’arriver dans ce cas-là.

      A bientôt
      Hugo

  13. TheMale dit :

    hey hugo !
    je vient te poser une ou 2 questions concernant cette technique

    l autre jour j etais avec un groupe de touriste, il y avais une petite journee en montagne.
    dans cette montagne il y avait des petit chemin de a peine 50cm,ou, d un cote il y avais un vide de 200m de hauteur et de l autre un mur
    il y vais cette fille qui est rentrer dans un mauvais trip et qui commencer a respirer de facon trs stresser (court et pas profond) et pour couronner le tout …. il y vait des larme.
    j ai directement penser a ton exercice que tu propose ici.
    donc j ai voulu lui dire de respirer par le nez (en faite j ai a peut pres recopier ton script … j espere que ca t ennuie pas;p)
    bref la fille ne voulait pas m ecouter … elle esquiver mes mots elle me disais je peux pas … je vais pas y arriver.

    donc apre sun bon moment que j ai essayer j ai finalement laisser tomber et je l ai soutenue jusqu a la fin de se chemin un peut fou (moi j ai adorer au passsage !) mais j ai rien pu faire

    peux tu m expliquer (si tu appecois la raison) poruquoi j ai pas reussis a utiliser cette technique ?
    comment se fait il que la fille n etait pas du totu receptive a mes suggestions ??
    et enfin, qu est ce que je peux faire pour que si la prochaine fois cette histoire se presente (parce que je travail beaucoup avec les touriste et je fais beaucoup de journee de ce genre) pour que ca soit efficace et que ca puisse actuelement aider une personne ???

    merci pour ta reponse

    1. L’exemple que je donne illustre essentiellement l’ancrage,et non l’hypnose conversationnelle. J’ai largement simplifié le script. Le dernier chapitre portera uniquement sur l’hypnose.
      Mais je vais t’expliquer rapidement cette technique pour que tu puisses l’utiliser quand tu le souhaites, malgré tout.

      L’hypnose conversationnelle est difficile, si une personne est affolée, elle sera évidemment fermée à tes suggestions. C’est pourquoi tu devrais commencer par la calmer, par une respiration profonde par le nez (comme tu as commencé à faire) en laissant de côté l’idée de danger pour l’instant. Parle lui, n’hésite pas à établir un contact physique (bras, épaule, coude) ; suivant les personnes, il existe différentes manière de les faire revenir à la raison, car lorsque l’on s’affole, c’est l’amygdale, centre des émotions, qui dirige nos actes (mauvaise chose!); à toi de trouver la façon de la raisonner qui lui convient le plus. Une fois calmée, rassure-la directement sur le danger lui-même, en posant des ancrages par le toucher : en lui expliquant que beaucoup de personnes font ce chemin chaque jour sans problème, et qu’il n’y a pas de raison que ça ne se passe pas bien pour elle non plus par exemple. Ensuite, il faut te préparer à poser un ancrage. Pour cela il faut cibler le problème qui l’empêche d’avancer (prenons le vertige, par exemple). Pour cela demande à la personne de te regarder afin que tu expliques comment vous allez procéder, par exemple, pour passer ce sentier. Mais que nenni, en réalité, c’est pour ennuyer son conscient (c’est presque de l’hypnose direct, car en réalité l’hypnose conversationnelle est bcp plus discrète que ça, mais là il faut être rapide et efficace). La fixation d’un point va ennuyer son conscient et amener son inconscient à la surface. Là, tu poses l’ancrage. Je m’explique : (tu dois aller vite) lorsque tu parles du vide, tu hôtes tes mains, et lorsque tu la rassures en disant qu’elle peut le faire, car tout va bien, tu établis un contact physique, tu reparles du vide et tu retires tes mains, puis tu la rassures en insistant sur son courage, et tu reposes tes mains, ainsi de suite…
      Lorsque tu poses tes mains, n’hésite pas à demander à la personne de s’encourager elle-même, en se gratifiant (demande lui “vous êtes courageuse, n’est-ce pas ?) Insiste sur les notions de courage et de force, ect.
      Tu viens de poser un ancrage.
      Lorsqu’elle est devant le sentier, prête à y aller, repose lui ta main, pour reprendre l’ancrage, et amener ce sentiment de courage.

      Mais mon avis n’est qu’un aperçu grossier de ce qu’il faut faire réellement, car ton discours et ta manière d’agir vont probablement changer selon la situation et la personne… et en situation, ce sera plus difficile qu’à l’écris.

      J’espère t’avoir malgré tout aidé ! 🙂
      Hugo

  14. TheMale dit :

    j ai bien aimé ton exemple personnel sur les ancrages …
    petite precision : si on veut avoir un maximum de benefices d un ancrage il faut s assurer qu on l installe au moment ou l emotion est au sommet
    y a la phrase qui ressort souvent dans la PNL : ‘at the pic do something unique and repeat’/’au sommet fait quelque d unique et repete’

    pour illustrer imaginez vous une monté puis ensuite une descente c est ce qui se passe avec l emotion, on a une emotion qui monte et une fois au sommet l emotion redescend
    notre but c est d installer l ancrage un instant avant que ca atteinde le sommet soit au sommet … d ou l importance de developper son acuite sensorielle et notre sens de l observation pour reconnaitre chaque instant ou se trouve notre sujet

    et encore une fois merci pour ton blog Hugo

    1. Effectivement TheMale !
      Tu as tout à fait raison, pour que l’ancrage soit total, il faut de préférence attendre un pic émotionnel.
      C’est un point que j’ai omis de préciser, merci pour ce rappel !

      Je suis ravi que mon blog te plaise, 😉

      A très bientôt

      Hugo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *